Interfor construit sa filière QSE

Face aux besoins croissants des entreprises en matière de management Qualité-Sécurité- Environnement (QSE), Interfor a décidé de développer une filière dans le domaine. Après une formation bac +4 préparant au métier de responsable QSE, le centre propose depuis deux ans, un BTS Métiers des services à l’environnement (MSE) en alternance. À la rentrée, un baccalauréat devrait compléter l’éventail de formations de cette filière d’avenir.

626
Le BTS MSE : une formation qui met en synergie plusieurs forces, les tuteurs, les alternants et l'équipe pédagogique.
Le BTS MSE : une formation qui met en synergie plusieurs forces, les tuteurs, les alternants et l'équipe pédagogique.
Le BTS MSE : une formation qui met en synergie plusieurs forces, les tuteurs, les alternants et l'équipe pédagogique.
Le BTS MSE : une formation qui met en synergie plusieurs forces, les tuteurs, les alternants et l'équipe pédagogique.

En 1996, Interfor développe sa formation de niveau bac +4, Responsable Qualité sécurité environnement (RQSE). « Il s’agit d’une formation estampillée Interfor, déclare Hassan Laaraj, directeur du CFA d’Interfor. Déjà à l’époque, il y avait une forte demande sur les problématiques QSE. » Une certaine inadéquation entre l’offre et la demande sur ce niveau de formation (environ 80 demandes pour 50 à 70 candidats par an), pousse l’équipe d’Interfor à réfléchir à la création d’une filière dans le secteur. « Les besoins croissants des entreprises en matière de compétences sur les questions QSE montrent à quel point ces problématiques sont devenues incontournables. En effet, la qualité et la sécurité sont des préoccupations qui sont communes à toutes les entreprises, peu importe leur secteur d’activité ou leur taille, souligne Dominique Ducrocq, directeur d’Interfor. L’environnement est quant à lui une problématique qui prend de l’ampleur dans les entreprises. Il était donc judicieux de créer une filière QSE, afin d’une part de créer un vivier capable de répondre à la demande des entreprises, et d’autre part d’offrir à nos alternants des formations permettant de nombreux débouchés dans un secteur d’avenir. »

Du bac au bac +4

À la rentrée 2013, Interfor met en place le BTS MSE. « Nous sommes les seuls dans le quart nord-ouest de la France à proposer ce type de diplôme en alternance, indique Hassan Laaraj. Afin de s’assurer du bon déroulé de la formation, des réunions de co-formation sont organisées entre l’équipe pédagogique d’Interfor, les tuteurs et les alternants. Le BTS permet d’acquérir une forte technicité dans les domaines de l’hygiène, de la propreté et de l’environnement. Il prépare à des postes tels animateur sécurité, environnement ou encore technicien de traitement de déchets. Si les alternants le désirent, ils peuvent poursuivre vers la formation bac +4 RQSE qui les prépara à occuper des postes d’encadrement. »

Ce choix de poursuivre vers le RQSE après le BTS MSE est celui qu’a fait Julien Fécamp, alternant chez Interfor. « Après des études universitaires, j’ai travaillé dans le commerce pendant plusieurs années dans différentes entreprises. Je n’étais néanmoins pas épanoui. J’ai donc décidé de me réorienter. Je me suis alors tourné vers le BTS MSE car j’étais intéressé par les métiers liés à la qualité et le mode de l’alternance me plaisait. J’avais 28 ans à l’époque. Je cherchais donc une formation qui ne soit pas seulement sur un mode scolaire et qui me donne un diplôme porteur d’avenir. Dans ce cadre, j’ai été en alternance chez Général frigorifique France (GFF) où j’ai occupé une fonction similaire à celle de chef de site. J’ai énormément appris durant cette période. À l’issue du BTS, j’ai fait le choix de continuer vers le RQSE afin de devenir responsable qualité et d’avoir plus de choix dans mon parcours professionnel. »

Dès 2015, un bac Gestion prévention protection environnement (GPPE) en alternance devrait voir le jour [ndlr, Interfor est dans l’attente de l’accord de la région]. « Dès 2015, nous pourrons proposer aux entreprises des collaborateurs QSE, du bac au bac +4 », conclut Dominique Ducrocq.