Le PHMA invente le Recrutour

Opérer un rapprochement entre les entreprises du PHMA et les acteurs de l’emploi, c’est l’ambition du PHMA à Albert, présidée par Aline Doyen. Et pour parvenir à ses fins, elle a décidé de faire découvrir le monde de l’industrie aux demandeurs d’emploi via le Recrutour.

477
Aline Doyen entourée des stagiaires en formation, et Roselyne Gérard (à d.) responsable du pôle insertion emploi.
Aline Doyen entourée des stagiaires en formation, et Roselyne Gérard (à d.) responsable du pôle insertion emploi.
Aline Doyen entourée des stagiaires en formation, et Roselyne Gérard (à d.) responsable du pôle insertion emploi.
Aline Doyen entourée des stagiaires en formation, et Roselyne Gérard (à d.) responsable du pôle insertion emploi.

Le PHMA, et ses entreprises adhérentes ont mis sur pied le Recrutour, afin – comme son nom l’indique – de recruter dans le domaine industriel très présent à Albert et dans le Pays du Coquelicot. Les conseillers emplois des organismes prescripteurs (Pôle emploi d’Albert, les missions locales d’Amiens et Albert, CAP Emploi, FACE) et de Proméo, organisme de formation, ont adhéré à cette proposition. En effet, les entreprises albertines qui emploient 4 500 personnes, veulent créer 400 à 450 emplois. Les postes sont essentiellement en production, (assemblage, usinage, fabrication de machines, de pièces, maintenance etc.) Chaque année, celles-ci accueillent des apprentis et 80 d’entre eux les intègrent. Mais cela ne suffit pas.

Stages découverte

Des associations d’insertion ont participé à la recherche de personnes actuellement en recherche d’emploi. Hervé Schiettequatte, responsable de l’insertion sociale par le travail à Englebelmer, raconte son implication : « Le PHMA et le conseil général m’ont contacté pour savoir si parmi les 22 personnes en insertion, ayant à la base des connaissances dans le bâtiment, certaines seraient intéressées par un changement de métier. En visitant des entreprises du secteur, curieux de découvrir d’autres horizons, dix ont été présélectionnés, aujourd’hui trois sont en phase de formation diplômante dispensée par Proméo, en collaboration avec le PHMA. Les métiers recherchés sont soudeur, chaudronnier, tourneur fraiseur. »
Les stages découverte d’une demi-journée en immersion dans l’une des entreprises ont permis à douze candidats (cinq hommes et sept femmes) de faire une formation industrielle en alternance avec une entreprise du PHMA ou d’un autre territoire picard. Les tests sont difficiles, la motivation pour retourner sur le marché du travail doit être forte. Les formations sont financées par le conseil général, la Direccte de Picardie. Roselyne Girard, responsable du pôle insertion emploi a annoncé : « Recrutour a aidé à trouver l’adéquation entre l’offre et la demande. Nous renouvellerons un financement courant 2015, afin de poursuivre cette initiative très encourageante. » Le volume d’embauches potentielles, via Recrutour, est estimé de 20 à 30 postes par an. Aline Doyen, a exprimé sa satisfaction : « Malgré ce taux d’inscriptions effectives en formation, relativement modeste au terme du parcours, le Recrutour a permis de faire connaître les métiers des industries albertines, en particulier à des demandeurs d’emplois qui ne viennent pas spontanément à la rencontre des entreprises du territoire. Cela a permis aussi de susciter et développer une motivation forte chez les participants, et offrir une possibilité de formation à des hommes et des femmes qui n’auraient pu trouver ou retrouver un emploi en industrie sans ce préalable. » Bien que le taux d’inscriptions en formation puisse être amélioré, cette opération peut, pour une première, être considérée comme une réussite. Le rapprochement entre les entreprises du PHMA et les acteurs de l’emploi implantés sur les territoires cibles est réussi.