Le centre d’affaires du Sarcus inauguré

Quatrième ville de l’Oise et chef de file de l’agglomération creilloise en matière d’économie solidaire, Nogent-sur-Oise peut désormais s’enorgueillir d’accueillir sur son sol, le pôle régional de l’économie sociale et solidaire. Ce modèle du genre a coûté 5,5 millions d’euros.

388
Pour le maire de Nogent-sur-Oise Jean-François Dardenne (au centre), ce pôle incarne « tout un écosystème de créativité ».
Pour le maire de Nogent-sur-Oise Jean-François Dardenne (au centre), ce pôle incarne « tout un écosystème de créativité ».
Pour le maire de Nogent-sur-Oise Jean-François Dardenne (au centre), ce pôle incarne « tout un écosystème de créativité ».
Pour le maire de Nogent-sur-Oise Jean-François Dardenne (au centre), ce pôle incarne « tout un écosystème de créativité ».

Après un peu plus d’un an de travaux, le centre d’affaires et d’innovation sociale du Sarcus a ouvert ses portes en septembre 2014. Un démarrage sur les chapeaux de roue puisque le taux de remplissage de l’établissement affiche déjà plus de 60 % (on devrait atteindre les 90 % d’ici la fin de cette année). Ce pôle régional, emblématique d’une nouvelle économie alternative, a été inauguré le 2 octobre dernier devant près de quatre cents personnes au premier rang desquelles, le maire de la ville Jean- François Dardenne, Gérard Weyn, maire et conseiller général, Martine Juston, sous-préfète de Senlis, Brigitte Ferry, présidente de BGE Picardie et gérante de la société exploitante du Sarcus et Guillaume Masson, responsable du site. Le projet était audacieux : créer un pôle régional entièrement dédié à l’économie sociale et solidaire en utilisant la structure d’un ancien hôtel de six étages fermé en 2003. Les premiers jalons ont été posés dès 2008 avec l’installation du traiteur Séson avant le lancement de six chantiers d’insertion et de la fabrique à initiatives, en lien avec BGE.

Mixer acteurs de l’économie solidaire et classique

En créant ce centre d’affaires que Jean- François Dardenne qualifie « d’écosystème de créativité », la ville de Nogent-sur-Oise s’est donné à la fois une visibilité régionale et les moyens de passer la vitesse supérieure dans le domaine porteur de l’économie sociale et solidaire. Un modèle éthique qui génère près de 10 % de l’emploi en France comme en Picardie et contribue à hauteur de 6 à 7 % de notre PIB. Le Sarcus synthétise plusieurs ambitions : générer de l’emploi, le maire de Nogent attend concrètement « la création d’une centaine d’emplois », concourir au développement économique du Grand Creillois, susciter des synergies positives entre acteurs de l’économie sociale et de l’économie classique au sein d’une même structure, tout en offrant un lieu d’échange et d’ouverture sur l’extérieur (formation, colloques, réceptions, expositions, restaurant). Un projet par ailleurs en phase avec d’autres grands projets structurants comme la rénovation urbaine du quartier Obier-Granges et la construction de la gare double face Creil-Nogent pour l’arrivée du TGV.

De multiples atouts pour séduire

Parmi ses cartes maitresses, un positionnement géographique stratégique : à la fois proche des grands axes routiers (A1, A 16, D 200, D 1016), de la gare SNCF (Paris à 25 minutes) et de deux aéroports dont celui de Roissy-Charles-de Gaulle, sans oublier un parc de cinq hectares tout proche. Le centre se divise entre hébergement d’entre- prises (51 bureaux sur 1 100 m² dont 70 m² dédiés aux jeunes entreprises), location ponctuelle ou évènementielle (cinq salles de réunion, un auditorium de 220 places, un bureau de passage) et accompagnement d’entreprises (hébergement, suivi post création). Pas de centre d’affaires sans équipement numérique high-tech : le pôle régional bénéficie de la technologie FTTB (Fiber to The Building) et du raccordement très haut débit permettant l’accueil d’activités issues de l’économie numérique… et solidaire.