La Picardie Maritime en réseau

les troisièmes assises du tourisme en Picardie Maritime – Baie de Somme viennent de se dérouler à Saint– Riquier. Acteurs publics et privés ont échangé pour construire les actions à mettre en œuvre et en réseau sur ce territoire.

427
Objectif de ces 3e assises du tourisme : construire les actions à mettre en œuvre et en réseau en Picardie Maritime – Baie de Somme.
Objectif de ces 3e assises du tourisme : construire les actions à mettre en œuvre et en réseau en Picardie Maritime – Baie de Somme.
Objectif de ces 3e assises du tourisme : construire les actions à mettre en œuvre et en réseau en Picardie Maritime – Baie de Somme.
Objectif de ces 3e assises du tourisme : construire les actions à mettre en œuvre et en réseau en Picardie Maritime – Baie de Somme.

Ensemble, on est plus forts pour répondre aux problématiques », a souligné lors de ces assises Nicolas Dumont, président de baie de Somme Trois Vallées, instance organisatrice, et maire d’Abbeville. Que ce soit pour des questions d’urbanisme ou de gestion d’espaces naturels comme la forêt de Crécy, il a invité les intervenants rencontrant des problèmes à persévérer et à s’adresser aux bons interlocuteurs. Il a prôné la création d’un site Internet croisant les offres touristiques du comité départemental du tourisme, du comité régional du tourisme, des offices du tourisme et des collectivités, et également évoqué la mise en place d’une plate-forme collaborative.

Label lucie

Ces assises ont notamment permis de présenter le label Lucie. Remis entre trois à douze mois, il identifie les entreprises (syndicats mixtes, entreprises publiques et, sans doute, bientôt collectivités) engagées en faveur du développement durable dans les domaines social, économique et écologique. Xavier Menesson, directeur du Domaine du Val à Grand-Laviers est le seul Picard labellisé. « J ’ai été audité par AFNOR, a-t-il expliqué. Je me sens mieux dans mon business. Je suis toujours en évolution. Je vais sans doute mieux isoler mes chalets et Je songe à changer le mode de chauffage au fioul de la piscine. » « Lucie est une démarche qualité qui ne tombe pas dans les travers de certaines labellisations, a commenté Nicolas Dumont. Là, on est dans une logique de progression, et de progression constante. Pourquoi pas ne pas engager le territoire dans cette démarche d’excellence… Elle serait en cohérence avec notre territoire en direction des publics et de nos populations. »

Nécessaires synergies

La table ronde a été l’occasion pour plusieurs acteurs de réaffirmer le bien-fondé de travailler de concert. Ainsi Stéphane Haussoullier, maire Saint-Valery, a rappelé que la baie de Somme était « un produit porteur. Il faut s’attacher à la vallée de la Somme et à toutes les entités qui constituent la baie de Somme. Les uns avec les autres nous travaillons de manière conjointe, et non en opposition ». Un point de vue que partage Laurent Pruvot, hébergeur à Fort-Mahon et président de la fédération régionale de l’hôtellerie de plein air, qui a évoqué son métier, en pleine évolution : « Nous avons l’obligation de travailler avec nos voisins et nous avons besoin d’eux. », rejoint par Gérard Lheureux, maire de Crécy-en-Ponthieu, qui tenu à ajouter : « La complémentarité, c’est important. », et a évoqué la création de parcours d’accrobranches en forêt de Crécy, des projets de sentiers à pied, à vélo, à cheval sur les thématiques des arbres remarquables, des maisons forestières… Quatre ateliers – « Développer et promouvoir un tourisme de qualité », « Construire des offres personnalisées », « Utiliser efficacement la communication numérique » et « Bien accueillir les clientèles étrangères » – ont donné lieu à des pistes prometteuses. Ainsi concernant l’accueil des touristes étrangers, certains ont notamment évoqué de s’intéresser à leurs cultures, de leur remettre des cadeaux souvenirs emblématiques de la région ou de remplacer les panneaux signalétiques par des pictogrammes.