L’innovation au menu de Café et Soda

Comment aider les entreprises innovantes à financer leur développement ? Le petit-déjeuner débat organisé par Soda à l’IUT de Creil en juin a permis de faire un tour d’horizon des différents dispositifs existants, dont le dernier en date lancé par Bpifrance et l’INPI : la bourse French Tech.

448
L’innovation, moteur de la croissance pour les PME, était au menu de ce 4e Café et Soda.
L’innovation, moteur de la croissance pour les PME, était au menu de ce 4e Café et Soda.
L’innovation, moteur de la croissance pour les PME, était au menu de ce 4e Café et Soda.
L’innovation, moteur de la croissance pour les PME, était au menu de ce 4e Café et Soda.

Soda, l’agence de développement économique portée par quatre entités intercommunales, la Région et une quarantaine de chefs d’entreprises du sud de l’Oise, a fait carton plein pour son 4e petit déjeuner intitulé Café et Soda, organisé fin juin à l’IUT de Creil, avec un thème consacré aux financements de l’innovation. Une rencontre présidée par Jean-François Dardenne, maire de Nogent-sur-Oise et président de Soda, co-animée par Gilles Picheran, directeur général de Soda, et Annabelle Ferrol, directrice adjointe, sans oublier de nombreux intervenants parmi lesquels Marcel Dapré pour Bpifrance ou encore Dany Pauphilet de l’Agence régionale de l’innovation et Patrick Macczack de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). En un peu plus de deux heures, ces derniers ont fait le tour des différents dispositifs et aides destinées aux PME porteuses d’innovation.

Une croissance liée à l’innovation
Car plus que jamais, celle-ci s’affirme comme l’un des facteurs clés de notre compétitivité. C’est ce qu’a confirmé la 58e enquête semestrielle de conjoncture des PME réalisée par Bpifrance voici quelques mois : l’innovation génère des emplois et de la croissance. Un optimisme qu’il convient toutefois de tempérer pour les TPE. « Dans les cinq ans à venir, les entreprises innovantes vont croître deux fois plus vite que la moyenne des entreprises », conclut cette enquête. Si Bpifrance, banque publique d’investissement regroupant Oséo, CDC entreprises, le FSI et le FSI Régions, soutient l’investissement des petites et moyennes entreprises ainsi que les entreprises intermédiaires, elle cible principalement les PME exportatrices et les entreprises innovantes. Rappelons que Bpifrance vient en appui des politiques publiques de l’État et des Régions.

French Tech, lancée par bpifrance et l’INPI
Dans une France très peu tournée vers l’innovation non technologique, les autres PME innovantes avaient besoin d’un coup de pouce spécifique. C’est chose faite depuis le 24 mars avec la bourse French Tech lancée par Bpifrance, en partenariat avec l’INPI. Ce nouveau dispositif permet, en effet, aux entrepreneurs porteurs d’un projet d’innovation non technologique de couvrir leurs dépenses jusqu’à 30 000 euros. L’objectif affiché est d’encourager toutes les formes d’innovation et tous les parcours d’entrepreneurs. Par innovation à caractère non technologique, on entend « innovation d’usages, de procédés ou de services pour la création de valeur et d’emplois ». Développé sur l’ensemble du territoire, ce dispositif représentera un budget annuel de 10 millions d’euros. Prêt innovation, prestation technologique réseau (PTR) destinée aux PME inférieures à 50 salariés, crédit d’impôt innovation (CII) pour les PME de moins de 200 personnes, crédit d’impôt recherche (CIR), jeunes entreprises innovantes : autant de dispositifs financiers destinés à soutenir l’innovation mise en exergue lors de ce petit déjeuner Café et Soda.