Dots France.Colle : la réussite collée au corps

Le 100% made in France, beaucoup en parlent, peu le pratiquent, mais c’est le cas de Cécile Dumont. Elle a fondé il y a plus d’un an son entreprise qui produit des pastilles de colle adhésives. Son objectif : conquérir le marché français puis européen.

459
Cécile Dumont aux côtés de son outil de production, livré il y a un mois.
Cécile Dumont aux côtés de son outil de production, livré il y a un mois.
Cécile Dumont aux côtés de son outil de production, livré il y a un mois.
Cécile Dumont aux côtés de son outil de production, livré il y a un mois.

N’en déplaise à certains, entreprendre se conjugue aussi au féminin. C’est ce qu’a montré Cécile Dumont en créant en juin 2013 son entreprise Dots France.Colle. « J’ai été auparavant coordinatrice de vente dans le textile, j’ai eu mes jumeaux et, durant mon congé parental, j’ai eu l’idée de lancer ce projet », révèle-t-elle. Le produit – des pastilles de colle –, on le retrouve partout ou presque : pour coller les échantillons dans les magazines féminins ou attacher des cartes de fidélité expédiées par voie postale. « J’ai fait une longue recherche et je me suis aperçue que cela n’était fabriqué qu’en Angleterre, par une seule entreprise. » Pourquoi ne pas le produire en France ? Après six mois d’étude minutieuse sur son projet, Cécile Dumont lance Dots France.Colle le 18 juin de l’année dernière.

Des difficultés de financement
« Nous avons eu du mal à convaincre des banques, certaines nous qualifiant de « trop innovants » car nous étions les premiers en France », raconte Cécile Dumont. « On a fini par trouver un partenaire, mais en nous battant », ajoute t-elle. De plus, l’entrepreneuse a bénéficié d’un prêt d’honneur de 8 000 euros de la part d’Initiative Oise-Ouest, « une plate-forme plus qu’utile » selon elle. Le financement était primordial afin d’acquérir l’outil de production : une imposante machine coûtant près de 90 000 euros. « Il s’agit d’un matériel complètement modulable, assez technique, sur lequel le fabriquant m’a formée directement », évoque la fondatrice de Dots France.Colle, pour qui ce nouvel apprentissage a été bien moins éprouvant que les difficultés de financement. À présent, l’entreprise est capable de produire trois types de pastilles, avec une adhésion : fugitive, médium et forte. « Pour le moment, je travaille beaucoup avec des particuliers avec des demandes variées auxquelles je réponds, comme coller des cartons d’invitation par exemple », évoque l’entrepreneuse, qui ne cache pas sa volonté de conquérir de grands distributeurs prochainement.

100% made in France
« Les gens sont surpris d’apprendre que je ne suis pas que la commerciale, c’est aussi moi qui produit, dans un local juste à côté de chez moi », relate Cécile Dumont avec malice. L’entrepreneuse s’occupe ainsi de la fabrication, de la vente, de la prospection… tout en continuant à s’occuper de ses deux enfants : « Il faut être sur tous les fronts. » Sa plus grande fierté ? « Nous restons 100% français. La machine est française et nous sommes implantés dans l’Oise, à Fay-les-Etangs », précise cette entrepreneuse originaire du Val-d’Oise dont l’ambition est de concurrencer la société anglaise détenant ce marché. Première étape, conquérir l’Hexagone, puis se lancer à l’assaut du Vieux Continent. « Je veux développer le produit en France, faire basculer le marché et, bien sûr, créer de l’emploi », avoue sans ambages Cécile Dumont.