Le Chancellor, un nouveau look pour naviguer plus loin

À deux pas de la cathédrale d’Amiens, le restaurant Le Chancellor a fait peau neuve et ré-ouvert ses portes le 2 mai après une dizaine de jours de travaux. L’occasion de découvrir le nouveau visage accueillant de cette brasserie traditionnelle.

L'équipe de l'établissement dans ses locaux fraîchement redécorés.
L'équipe de l'établissement dans ses locaux fraîchement redécorés.
L'équipe de l'établissement dans ses locaux fraîchement redécorés.
L'équipe de l'établissement dans ses locaux fraîchement redécorés.

Fauteuils confortables, banquettes, moquette et nouvelles lumières, la direction du Chancellor n’a pas ménagé ses efforts pour créer une nouvelle atmosphère très chaleureuse. « On a cherché à faire une ambiance plus cosy pour nos clients, d’ailleurs même nos habitués sont surpris du changement », s’enthousiasme Béatrice Carpentier, compagne du gérant du restaurant. En 2000, celui-ci a repris cet établissement baptisé alors Le café du palais de justice, place d’Aguesseau, au cTmur d’Amiens. « Nous avons réaménagé la salle à l’étage, agrandi et réadapté l’endroit », explique Béatrice Carpentier, qui a rejoint le navire en 2010. Le café devenu restaurant a été rebaptisé Le Chancellor. Le roman éponyme de Jules Vernes relate les aventures des rescapés de ce navire ayant sombré, un récit poignant librement inspiré de l’épisode bien connu du naufrage de La Méduse le 2 juillet 1816.

Une cuisine généreuse

Habitués, Amiénois, avocats du Palais de justice tout proche ou touristes étrangers, la clientèle du restaurant revêt de nombreux visages dont il faut satisfaire chaque bouche. « Nous servons une cuisine traditionnelle, avec des spécialités locales comme la ficelle picarde, le croquant au maroilles et la flamiche aux poireaux », précise Béatrice Carpentier.  Avec ses deux cuisiniers et son serveur, l’établissement fait parfois jusqu’à 70 couverts en un déjeuner. Les mois les plus fréquentés sont mai et décembre, avec le marché de Noël, et une baisse d’intensité se fait sentir en novembre et janvier. La qualité du service et des menus (proposant trois plats du jour quotidiennement) maintiennent malgré tout une forte fréquentation dans cet établissement parfaitement situé.

Une nouvelle clientèle

« Avec ces travaux nous souhaitons créer une autre atmosphère et encourager nos clients à venir prendre l’apéritif ainsi que passer des soirées chez nous », révèle la restauratrice, qui souhaite mettre en place dès septembre un piano bar pour fidéliser cette clientèle. Auparavant, l’établissement va créer l’événement en accueillant déjà deux concerts cet été le 4 juillet et le 1er août. « J’aimerais beaucoup qu’il y ait un concert mensuel au Chancellor, en début de chaque mois, cela se met en place progressivement », explique Béatrice Carpentier. Pour mener cette réorientation et faire du restaurant une adresse incontournable de la vie nocturne amiénoise, l’entrepreneuse peut s’appuyer sur sa grande expérience, ayant repris son premier établissement en 1983. Une longévité dans le métier qui s’explique par une volonté de toujours mieux servir le client. En restant fidèle à ce leitmotiv et avec cette métamorphose de la salle, Béatrice Carpentier semble avoir toutes les cartes en main pour faire voguer son établissement encore longtemps et lui éviter le sort du Chancellor décrit par Jules Verne