Montée en puissance des énergies renouvelables en Picardie

  Les énergies renouvelables, éolienne en tête, ont le vent en poupe en Picardie, c’est ce que révèle entre autres le Bilan électrique 2013 & perspectives en Picardie de Réseau de transport d’électricité (RTE). Analyse et décryptage avec son délégué pour la région Nord-Pas-de- Calais et Picardie, Christan Aucourt. En 2013, la consommation picarde a […]

389
La production électrique en Picardie a augmenté de 7,1%, grâce en particulier à la filière éolienne.
La production électrique en Picardie a augmenté de 7,1%, grâce en particulier à la filière éolienne.

 

La production électrique en Picardie a augmenté de 7,1%, grâce en particulier à la filière éolienne.
La production électrique en Picardie a augmenté de 7,1%, grâce en particulier à la filière éolienne.

Les énergies renouvelables, éolienne en tête, ont le vent en poupe en Picardie, c’est ce que révèle entre autres le Bilan électrique 2013 & perspectives en Picardie de Réseau de transport d’électricité (RTE). Analyse et décryptage avec son délégué pour la région Nord-Pas-de- Calais et Picardie, Christan Aucourt.

En 2013, la consommation picarde a légèrement progressé alors que celle de la France s’est stabilisée », constate Christian Aucourt, mais qu’en est-il dans le détail et d’où provient l’énergie électrique consommée par les picards ? La consommation d’électricité en Picardie est en légère progression de 0,6% en 2013 en données non corrigées en fonction des aléas climatiques. Cette évolution provient d’une hausse de 2,5% de la consommation des particuliers et des professionnels en raison d’une année plus froide et des températures inférieures à la normale au cours de l’année 2012. Ainsi l’hiver 2012-2013 a été particulièrement rigoureux. Selon Météo- France en janvier 2013, la température mensuelle a été inférieure de 0,3 °C à la normale en moyenne en France, et a été particulièrement fraîche dans les régions du nord du pays dont la Picardie. De plus, « chez les particuliers, on observe de nouveaux usages qui favorisent cette hausse avec la recharge des appareils connectés de plus en plus nombreux (tablettes, etc.) et le fonctionnement permanent des box, y compris la nuit », explique Christian Aucourt. La consommation des PME/PMI et de la grande industrie, elle, baisse sensiblement, respectivement de 0,9% et 1,2%, « un effet de la crise particulièrement perceptible chez les entreprises ».

Les enjeux pour RTE

« En France, il y a un pic de consommation entre 18 et 20 heures, nous cherchons à encourager les changements de comportements afin de rationaliser cette consommation et l’étaler dans le temps », explique Christian Aucourt. RTE ne pouvant stocker l’énergie sous haute-tension, il lui faut réguler son flux pour l’apporter où et quand elle doit être consommée. Autre défi pour le réseau : approvisionner les grandes entreprises de la région, comme Saint-Gobain, qui ont parfois un processus de production très sensible aux micros-coupures. « Nous sommes un acteur du territoire et nous prenons à coeur ce rôle, nous devons apporter un service de qualité et sans coupure au tissu industriel local pour développer notre région », souligne le délégué RTE pour le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie. « Le réseau est un instrument de solidarité, entre régions et même entre pays », rajoute-t-il. En effet, la production électrique picarde totale couvre environ 20% de la consommation électrique régionale, la Picardie reçoit ainsi de l’électricité venue du Nord-Pas-de-Calais et de Champagne-Ardenne mais aussi d’Angleterre ou d’Allemagne.

Décollage des énergies renouvelables

Alors que la ministre de l’Écologie a présenté le 18 juin son projet de loi sur la transition énergétique, la Picardie se démarque avec une forte augmentation de sa production éolienne dès l’année dernière. La production électrique en Picardie augmente de 7,1% en 2013, une hausse qui résulte d’une forte progression de la filière éolienne (+17%). Elle représente à elle seule 70% de la production régionale, plaçant la Picardie en deuxième position au niveau national. Pourquoi ? Deux facteurs sont mis en avant par Christian Aucourt « une typologie du territoire et des conditions climatiques favorables ». Le développement de l’énergie éolienne et l’adaptation du réseau à ce nouveau moyen de production se poursuivent dans la région, ce qui nécessite d’importants investissements. « Nous cherchons à impliquer au maximum les entreprises locales à nos projets, comme nous l’avons fait avec DTP Terrassement à Limeux (voir encadré), pour renforcer nos territoires, nos industries et créer de l’emploi », souligne le représentant de RTE. Le réseau électrique, historiquement construit pour alimenter les agglomérations, doit être adapté pour le transport de quantités importantes d’énergies renouvelables, produites dans les zones rurales. Une réadaptation qui nécessite des moyens. « En 2013, RTE a investi plus de 25 millions d’euros dans la région et nous allons continuer », révèle Christian Aucourt. Cette tendance devrait perdurer car, à l’horizon 2020, la région ambitionne un quasi-triplement de la capacité de production installée. Entre 2014 et 2016, ce sont pas moins de 139 millions d’euros qui seront investis dans la région. L’énergie éolienne est ainsi appelée à prendre une place de plus en plus importante dans la production d’énergie picarde et dans le paysage de notre région.