Matchguess : jouer au Mondial… sans parier

Lancée quelques jours avant l’événement planétaire, cette nouvelle application sociale disponible gratuitement sur l’App store, permet de jouer les pronostiqueurs sportifs. Alors que les sites de paris en ligne se frottent les mains avec cette manne qu’est la Coupe du monde de football, Franck Coufourier, ingénieur en informatique de 30 ans, propose de jouer… pour […]

583
Matchguess est la première appli que Franck Coufourier lance en son nom.
Matchguess est la première appli que Franck Coufourier lance en son nom.
Matchguess est la première appli que Franck Coufourier lance en son nom.
Matchguess est la première appli que Franck Coufourier lance en son nom.

Lancée quelques jours avant l’événement planétaire, cette nouvelle application sociale disponible gratuitement sur l’App store, permet de jouer les pronostiqueurs sportifs.

Alors que les sites de paris en ligne se frottent les mains avec cette manne qu’est la Coupe du monde de football, Franck Coufourier, ingénieur en informatique de 30 ans, propose de jouer… pour le plaisir. Matchguess, sa nouvelle application smartphone permet de faire des pronostics sur les scores des matchs dès le démarrage de l’application, avant même de s’inscrire. Grâce à un code d’accès unique à cinq chiffres, le joueur peut inviter des amis ou rejoindre un challenge existant, y compris via les réseaux sociaux. Ce challenge est limité à 23 joueurs dans cette version 1.0, « 23 comme les 23 sélectionnés par nation », souligne Franck Coufourier. L’objectif est d’accumuler le plus de points possible en pronostiquant un maximum de matches. Pas si facile, d’autant que Matchguess possède une mémoire infaillible : les pronostics sont engrangés automatiquement et les points calculés à la fin du match. Un score exact rapporte 5 points, un score proche, 4 points, le bon vainqueur ou la prédiction du match nul, trois points. Aucune triche possible et des lauriers virtuels pour les meilleurs prédicteurs.

Un jeune ingénieur très prometteur

Pour rendre le jeu encore plus piquant, Franck Coufourier réfléchit à « publier un classement global et offrir des options pour paramétrer les challenges privés. » Mais à l’heure de l’argent roi et des paris juteux, Matchguess ne risque-t-il pas de laisser ses participants sur leur faim ? « Les joueurs peuvent mettre des choses en jeu mais cela se passe en dehors de l’application, bien sûr.» Selon lui, Matchguess se démarque des autres applications par sa simplicité d’utilisation, son algorithme de calcul des points visant à récompenser le plus justement possible le pronostiqueur et la richesse de ses statistiques post match. Ce « fou de foot » est aussi un jeune ingénieur très prometteur. Installé à Creil depuis plusieurs années, il a démarré chez Orange Labs avant de rejoindre Kassius, puis User Adgents. Il y fut successivement développeur, chef de projet, directeur de projet et y collabore toujours. « Ses trois membres fondateurs sont devenus des amis », explique-t-il.

Un succès à la Candy crush ?

Parmi les dernières réalisations collectives à son actif : l’application Android de Promovacances, la refonte du compte utilisateur PMU et l’appli iOS de ses paris sportifs, celles de la chaine TV Equidia, le site mobile et applications Android et iOS de Thalys, sans oublier le Tour de France 2013… Si l’accès à Matchguess est gratuit, des fonctionnalités additionnelles pourraient devenir payantes avec l’arrivée d’autres grandes compétitions. Rêve-t-il d’un succès à la Candy crush ? Franck Coufourier joue la prudence : « Il est trop tôt pour en rêver mais je considère que l’audience pour une application comme Matchguess peut être très élevée étant donné la portée de cet évènement.» Sa barre test, il l’a fixée à « 10 000 utilisateurs actifs à la fin de la coupe du monde. » Réponse dans quelques semaines.