Le CJD et le prospectiviste

Au Pôle économie de l’UPJV, le Centre des jeunes dirigeants (CJD) d’Amiens accueillait lors de son assemblée plénière prestige Marc Halévy, économiste et philosophe pour une conférence sur les mutations économiques de notre société.

David Guillemetz, président du CJD Amiens et Marc Halévy, économiste, philosophe et physicien.
David Guillemetz, président du CJD Amiens et Marc Halévy, économiste, philosophe et physicien.

 

David Guillemetz, président du CJD Amiens et Marc Halévy, économiste, philosophe et physicien.
David Guillemetz, président du CJD Amiens et Marc Halévy, économiste, philosophe et physicien.

Ce monde qui change, qu’en ferons-nous ?”, telle était l’accroche de la conférence donnée par le prospectiviste Marc Halevy dans le grand amphithéâtre de l’université de Picardie Jules-Verne, pôle Cathédrale. L’auditoire était composé de chefs d’entreprise, membres ou non du CJD amiénois, mouvement de jeunes dirigeants représentatifs du tissu économique et qui défendent l’idée d’un libéralisme responsable. L’économiste, également physicien a pour spécialité la physique des systèmes complexes. Selon lui le système socio-économique actuel est plus que complexe. Il élabore donc des théories et des modèles à mettre en application dans le monde de l’entreprise. « La crise économique actuelle est le reflet d’un basculement du monde tel que nous le connaissons. En effet, l’évolution de la population mondiale et des modes de consommation met en évidence les limites liées à l’exploitation de notre planète. Dans ce contexte où l’adaptation est nécessaire, l’inertie structurelle et financière des multinationales devient un fardeau pour ces entreprises », avance Marc Halevy selon qui nous sommes dans la rupture d’une mutation et non dans la continuité d’une évolution. Nous avançons dans un système qui change avec comme problème majeur l’accessibilité des ressources. « Il y a rupture écologique, technologique, économique et philosophique. Nous passons ainsi d’une économie de masse et de prix à une économie de valeur et de frugalité en quête de sens et de bienvivre », relance Marc Halévy. « J’ai longuement travaillé auprès d’historiens. Ces derniers parlent de cycles de 150 ans. Souvenons-nous, il y eut l’invasion des cités grecques en -150, la chute de l’Empire romain en 380, la mutation féodale en 920, la Renaissance en 1450… Nous vivons en ce moment à nouveau une zone de turbulences. En gros elles arrivent tous les 500 ans et cela tombe sur nous. Elle n’est pas belle la vie ? », s’amuse l’expert qui ne peut s’empêcher de rappeler que les PME, avec la force de leur réseaux, peuvent dès aujourd’hui devenir des acteurs plus performants que les entreprises du CAC 40. « Et le vrai patron d’une entreprise c’est son projet, son intention, sa finalité, sa vocation », conclut Marc Halévy, certain que seules des entreprises agiles et audacieuses qui sauront aborder
toutes ces bifurcations socioéconomiques pourront perdurer. De quoi inspirer les prochaines réunions du CJD qui regroupe une cinquantaine de chefs d’entreprises de toutes activités et de toutes tailles. Fondée en 1947, ses membres partagent les mêmes valeurs et notamment le souhait de développer une économie au service de l’homme. « Le CJD est aussi un lieu où les jeunes dirigeants viennent rompre l’isolement, se former et progresser », affirme David Guillemetz, président du CJD Amiens.