Europe en grippe

Les sondages étaient formels : le scrutin européen allait être douloureux pour les grands partis en place. Dans l’ensemble, les résultats ont dépassé les craintes des europhiles. Pas suffisamment pour déplacer la masse critique du Parlement. Mais assez pour légitimer des débats nationaux sur l’euro et l’appartenance à l’UE.

447
Vous devez être connectés pour visualiser cet article