Adler Technologies : très haute technologie et savoir-faire ancestral

Pour promouvoir “l’industrie à la française” un peu partout dans le monde, Adler Technologies s’appuie sur le double socle d’une innovation permanente et de gestes artisanaux traditionnels. Son dirigeant Yann Jaubert l’a expliqué à Philippe Enjolras, président de la CCI de l’Oise.

480
Plus de 500 000 euros ont été investis par Yann Jaubert, au centre, pour équiper le bureau d’études de systèmes informatiques ultraperformants.
Plus de 500 000 euros ont été investis par Yann Jaubert, au centre, pour équiper le bureau d’études de systèmes informatiques ultraperformants.
Yann Jaubert présente à Philippe Enjolras la nouvelle presse vibrante A880, un mastodonte dédié aux blocs légers et dévoilé au dernier salon Batimat.
Yann Jaubert présente à Philippe Enjolras la nouvelle presse vibrante A880, un mastodonte dédié aux blocs légers et dévoilé au dernier salon Batimat.

Une vraie réussite picarde : l’entreprise Adler Technologies à Crèvecoeur-le-Grand porte haut les couleurs de la région dans le monde entier, depuis sa reprise en février 2010 par un brillant ingénieur, Yann Jaubert. « Non seulement vous reprenez des entreprises qui ne sont pas en très bonne santé, mais en plus dans une période difficile, et vous réussissez à les faire prospérer » appréciait le président de la CCI de l’Oise Philippe Enjolras en visitant l’usine dans le cadre des “Rendez-vous de l’Industrie”. En moins de quatre ans, le nouveau dirigeant a multiplié les effectifs par deux, atteignant 200 salariés sur l’ensemble du groupe Materials Technologies, expert international de l’ingénierie des matériaux de construction : un groupe constitué d’Adler Technologies, spécialiste en ingénierie d’équipements pour l’industrie du béton, Fimec Technologies dans le Maine-et-Loire qui conçoit, fabrique et installe des systèmes de transitique et l’insertion d’isolants pour tous types de matériaux de construction, et plus récemment, en 2013, la Chaudronnerie savoyarde spécialisée dans la fabrication de moules hautes performances pour éléments préfabriqués.

Innovation et international

Plus de 500 000 euros ont été investis par Yann Jaubert, au centre, pour équiper le bureau d’études de systèmes informatiques ultraperformants.
Plus de 500 000 euros ont été investis par Yann Jaubert, au centre, pour équiper le bureau d’études de systèmes informatiques ultraperformants.

Au cours de ces quatre dernières années, ce sont plus de 500 000 euros qui ont été investis en matériel informatique et licences pour le bureau d’études : pas moins de soixante ingénieurs et techniciens qui ont déposé une dizaine de brevets pour optimiser les performances, notamment énergétiques, des éléments préfabriqués. L’entreprise vient ainsi de développer la première presse vibrante grand format dédiée aux blocs légers, permettant une insertion latérale d’isolants. Materials Technologies est aussi la seule PME à appartenir à l’Association des acteurs de l’écologie industrielle, aux côtés de grands groupes français et internationaux. Elle travaille à la conception de nouveaux matériaux de construction fabriqués à partir de déchets de centrales thermiques, en collaboration avec une université américaine. Près de 60% de son chiffre d’affaires, de 30 M€ en 2013, est réalisé à l’étranger, Europe, Afrique du Nord, Russie,… et Amérique du Sud où l’entreprise construit actuellement une usine dédiée aux besoins spécifiques du Brésil et de l’Amérique Latine.

Fabrication manuelle
Mais parallèlement à cette innovation permanente, Adler Technologies s’appuie aussi sur le savoir-faire de ses équipes, qui fabriquent, à la main et à 0,5 millimètre près, des moules en acier pour leurs clients. « Les quelque 300 moules fabriqués ici manuellement représentent 10% de notre chiffre d’affaires et constituent une expertise unique qu’il est indispensable de faire perdurer » affirmait Yann Jaubert. Des moules qui, une fois peints, arborent la mention “Fabriqué en France” chère au chef d’entreprise : « Tout est bon pour promouvoir l’industrie française », estimait-il, portant avec conviction un « message optimiste et volontariste ». Un message auquel le président de la chambre de commerce et d’industrie de l’Oise Philippe Enjolras adhérait sans réserve…