Tubesca-Comabi, ou comment allier développement et responsabilité sociétale

Les dirigeants de Tubesca-Comabi ont tenu à présenter le nouveau site de production de l’entreprise situé dans la Zac du Val-de-Noye. L’occasion de découvrir la stratégie du groupe spécialisé dans les solutions d’accès en hauteur*, qui a marché main dans la main avec la communauté de communes du secteur pour ne pas se délocaliser, et rester à Ailly-sur-Noye.

712
L’usine fabrique notamment des produits sur mesure.
L’usine fabrique notamment des produits sur mesure.

 

Tubesca-Comabi est implantée sur un site de 6 ha, dans un bâtiment de 47 000 m².
Tubesca-Comabi est implantée sur un site de 6 ha, dans un bâtiment de 47 000 m².

En 2012, Tubesca – créée en 1938 dans la région parisienne et implantée à Aillysur- Noye depuis 1968 -, fusionne avec Comabi (à Trévoux, près de Lyon). Les deux entités réunies emploient 400 personnes et appartiennent au groupe Zorges Tubesca (250 M€ de chiffre d’affaires, et 1 400 salariés au total), référence européenne de l’accès en hauteur avec sept sites de production en Europe, et dont le siège se trouve à Munich. « Ces trois dernières années, le groupe s’est lancé dans un programme de restructuration industrielle, avec une politique de croissance interne soutenue, et un conglomérat de PME aux nombreuses marques Et ce après avoir oeuvré, à l’intégration de services communs pour mutualiser et renforcer nos compétences techniques et industrielles, et être plus lisibles auprès de notre clientèle », explique le président de Tubesca-Comabi Bernard Rothan. Après une année 2013 consacrée à l’innovation, 2014 sera l’année de la clarification de l’organisation pour l’entreprise picarde dirigée par Michel Berdelou, avec une offre finie globale, et, selon ses dirigeants « la plus large du marché avec un catalogue unique en Europe ».
L’avenir ? Travailler à étoffer l’offre produits, avec toujours l’accent mis sur la qualité et la sécurité (le site est certifié ISO 9001). Comme le souligne Bernard Rothan : « Tubesca- Comabi a prouvé sa capacité à répondre aux besoins des nouveaux marchés. » L’entreprise continuera sur sa lancée, avec une stratégie basée sur trois axes, comme l’indique Michel Berdelou : « Satisfaire le client avec notamment une politique de stock adapté, miser sur la performance économique opérationnelle et sur l’implication du personnel, sans oublier l’intensification de notre politique de sécurité et d’ergonomie. »

« Trouver une solution profitable à tous »

L’usine fabrique notamment des produits sur mesure.
L’usine fabrique notamment des produits sur mesure.

La décision de bâtir un nouveau site de production (un investissement de 12 M€) découle de cette politique : le site picard n’était plus fonctionnel pour répondre à l’évolution de Tubesca-Comabi, contraint de louer des dépôts externes, et un réaménagement de l’usine, évalué à plus de 6 M€, aurait été trop onéreux. « Rester à Ailly-sur-Noye n’était pas forcément naturel, nous nous sommes posé la question de la capitalisation de l’expérience acquise et avons étudié les aspects logistiques », dévoile Bernard Rothan. Au rang des interrogations soulevées : le devenir de l’ancien site, pour qu’il ne soit pas transformé en friche industrielle… « Il fallait également tenir compte de la responsabilité de l’entreprise dans son environnement : 70% des salariés habitent dans le secteur d’Ailly, Tubesca est le plus gros employeur du canton. Nous voulions trouver une solution profitable à tous », poursuit le président. C’est là qu’est intervenu le “partenariat” avec la communauté de communes du Val-de-Noye, et même si les premières entrevues n’étaient pas forcément des plus détendues, Bernard Rothan et Jean-Claude Leclabart, à la tête de la com’ de com’, ont vite trouvé un terrain d’entente, pour l’intérêt commun. « Le premier choc a été frontal, sourit Jean-Claude Leclabart, mais tout est une question d’état d’esprit. Il fallait réagir vite, et bien, pour éviter la délocalisation de Tubesca. Sa disparition aurait été catastrophique pour l’économie du territoire, fortement rural, et nous devions donner au groupe de bonnes raisons de rester à Ailly. » Se pose en premier lieu la question du terrain, celui de six hectares sur lequel s’est implanté Tubesca-Comabi était initialement alloué à un centre commercial. « A 15 jours de de la décision, nous avons convaincu les promoteurs de stopper ce dossier et mis en place un plan de guerre, Tubesca prenait le terrain du centre commercial, et celuici l’ancien site de l’entreprise… », révèle Jean-Claude Leclabart, satisfait d’avoir « transformé une grosse épine en chance » pour son territoire. *Le site picard fabrique des marchepieds, plates-formes individuelles, échafaudages roulants, échelles et produits spéciaux comme des passerelles ou crinolines.