Premier Carrefour de l’innovation sociale en Picardie

Le premier Carrefour de l’innovation sociale a récompensé 13 lauréats dont les projets sont tous vecteurs de développement pour les territoires et qui répondent aux marqueurs de l’innovation sociale, un outil collectif mis en place suite aux Assises de l’économie sociale et solidaire menées en 2011.

504
Le premier Carrefour de l’innovation sociale a récompensé 13 projets qui répondent tous aux nouveaux besoins sociétaux.
Le premier Carrefour de l’innovation sociale a récompensé 13 projets qui répondent tous aux nouveaux besoins sociétaux.
Le premier Carrefour de l’innovation sociale a récompensé 13 projets qui répondent tous aux nouveaux besoins sociétaux.
Le premier Carrefour de l’innovation sociale a récompensé 13 projets qui répondent tous aux nouveaux besoins sociétaux.

En 2011, le conseil régional, l’Etat et la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (CRESS), ont mené les premières assises régionales autour de l’économie sociale et solidaire, qui ont rassemblé plus de 250 acteurs. De ces travaux, qui ont mis en exergue l’innovation sociale, ont découlé un outil collectif les marqueurs d’innovation sociale construit par l’Agence régionale de l’innovation Picardie (ARI), le conseil régional et le Secrétariat général pour les affaires régionales (SGAR) représentant l’Etat.
Les 11 marqueurs retenus ont pour but d’analyser de façon objective les éléments porteurs d’innovations sociales afin d’évaluer des projets. Il s’agit d’une approche institutionnelle qui prend en compte la dimension de nouveauté et de besoin social. Parmi ces marqueurs on retrouve la place du bénéficiaire, la nature et l’intervention du collectif, la place de la recherche, l’ancrage territorial, la gouvernance, les ressources, la logique d’accessibilité et de service, la rupture avec l’existant et enfin la capacité de changement social. « L’innovation sociale était un concept flou contrairement à l’innovation technologique », souligne Rachid Cherfaouï, président de l’institut Gaudin, partie prenante du projet. « Il s’agit d’encourager la création d’une économie plus solidaire et de permettre un changement d’échelle de cette économie. Nous pouvons créer de la croissance et des richesses dans les territoires en investissant le champ de l’innovation et de la cohésion sociale ».

Appel à manifestation d’intérêt innovation sociale
Le conseil régional, très investi dans cette nouvelle dynamique, souhaite accompagner durablement ces projets, comme l’a expliqué Marie-Christine Guillemin, vice-présidente du conseil régional chargée de l’économie : « Le rôle de la région est de soutenir ces initiatives vecteurs d’innovations sociales issues de tous les secteurs d’activité, que ce soit l’enfance, le tourisme ou l’environnement. Nous souhaitons continuer à guider ces projets à travers un accompagnement aussi bien technique et financier ». Début 2013, le conseil régional a lancé un appel à manifestation d’intérêt innovation sociale. Sur 46 dossiers présentés, 13 ont été retenus. C’est le cas de Graines de pays, une association qui se bat pour rendre accessible à tous l’usage du numérique, qui selon Elisabeth Gara, représentant la structure, améliore la qualité de vie des habitants et accélère le développement d’un territoire. « Notre association offre des services de proximité adaptés aux besoins et aux demandes des utilisateurs de façon non marchande. Ce premier carrefour de l’innovation sociale nous permettra à tous de partager notre expérience, construire ensemble un nouveau modèle économique et pourquoi pas, mettre en commun nos compétences ».