L’entrepreneuriat féminin à l’honneur

Les lauréates du 6e concours ActiFemmes ont été récompensées le 12 décembre à Beauvais. Pour valoriser leurs actions et favoriser la création d’entreprises par des femmes.

372
Les lauréates du concours ActiFemmes démontrent qu’être femme n’est pas incompatible avec la direction d’entreprise, bien au contraire.
Les lauréates du concours ActiFemmes démontrent qu’être femme n’est pas incompatible avec la direction d’entreprise, bien au contraire.
Les lauréates du concours ActiFemmes démontrent qu’être femme n’est pas incompatible avec la direction d’entreprise, bien au contraire.
Les lauréates du concours ActiFemmes démontrent qu’être femme n’est pas incompatible avec la direction d’entreprise, bien au contraire.

Créé en 2004 à l’initiative de la Délégation départementale aux droits des Femmes et à l’égalité et de BGE Picardie, le concours Acti- Femme en est cette année à sa sixième édition, en partenariat avec la préfecture de Région, la préfecture et le conseil général de l’Oise, la Caisse des dépôts et consignations, la Macif, LCL et la Société générale. Une cinquantaine de candidatures ont été déposées, 17 participantes ont été invitées à présenter leur entreprise devant un jury en novembre et sept d’entre elles ont été distinguées. « L’entrepreneuriat au féminin est un enjeu fondamental pour l’avenir et une opportunité de croissance pour les territoires », estimait en introduction le représentant du département Thibaud Viguier. « Ce concours s’inscrit en résonance avec le rapport ministériel « entreprendre au féminin » de novembre 2012 suivant trois axes : sensibiliser, orienter et informer, accompagner les créatrices et leur faciliter l’accès au financement », détaillait Brigitte Ferry, présidente de BGE Picardie.

Quatre catégories
Les candidates étaient sélectionnées suivant quatre catégories. Dans la catégorie Artisanat, la lauréate est Béatrice Sole-Blanco, qui dirige à Saint- Maximin l’entreprise Sole Pare-Brise pour la réparation et le remplacement des vitrages automobiles. Une mention spéciale a été accordée à Valérie Baumgartner, dont l’entreprise Wildskin située à Ponchon conçoit et distribue de la bagagerie pour deux roues. Et le coup de coeur a été décerné à la styliste Marie-Line Haure et sa ligne de prêt-àporter féminin Mars loves her, basée à Monchy-Humières. Margaux Iribarnegaray, la lauréate de la catégorie Politique de la ville, dirige l’association de lutte contre les exclusions, d’insertion et de formation linguistique Itiner’air, qui intervient sur les quartiers beauvaisiens Saint-Jean et Argentine. En catégorie Dynamiques rurales, la lauréate est Aurélia Beuvin de Formerie : elle y a repris en 2011 la station-service familiale. Karine Drauzin, décoratrice d’intérieur à Corbeil-Cerf, a remporté la mention spéciale. Enfin, la lauréate de la catégorie Economie sociale et solidaire, Hanen Rekik dirige l’association de médiation interculturelle de Compiègne. Les ActiFemmes se sont vu remettre des chèques de 1 000 à 1 500 euros, pour une dotation globale de 9 000 euros. « Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à vouloir créer leur entreprise, mais elles sont moins nombreuses à le faire », constatait le directeur départemental de la Cohésion sociale Alexandre Martinet. Avec seulement 30% des entreprises dirigées par des femmes, principalement dans les services, la France est loin derrière les 48% des Etats-Unis et les 47% du Canada. « Il y a encore beaucoup à faire pour favoriser l’entrepreneuriat féminin, dès le plus jeune âge », reconnaissait le directeur général de BGE Picardie Sébastien Dottin, animant une table ronde avec Michaël Kervran, président de Picardie Active, Frédérique Leclerc, chargée de développement territorial à la Caisse des dépôts et consignations et Charles Locquet, président de la CGPME Oise : « Notre club Entrepreneuriat au féminin créé en 2009 rassemble 110 femmes chefs d’entreprise, sur nos 600 adhérents ».