Le crowdfunding, nouveau modèle économique solidaire

Le réseau Initiative Picardie a profité de l’atelier “Financement participatif en région, le crowdfunding picard” qui s’inscrivait dans le cadre du Mois de l’économie sociale et solidaire, pour lancer officiellement sa plateforme régionale du financement participatif, élaborée avec www. hellomerci.com, dans les locaux de la CCI Amiens-Picardie.

Parmi les porteurs de projet utilisant Tellement prêt : Jean Christophe Parquier et son épouse créent le théâtre permanent Le Préô de Saint-Riquier. L’argent qu’ils récolteront leur permettront de transportes les artistes.
Parmi les porteurs de projet utilisant Tellement prêt : Jean Christophe Parquier et son épouse créent le théâtre permanent Le Préô de Saint-Riquier. L’argent qu’ils récolteront leur permettront de transportes les artistes.

 

Parmi les porteurs de projet utilisant Tellement prêt : Jean Christophe Parquier et son épouse créent le théâtre permanent Le Préô de Saint-Riquier. L’argent qu’ils récolteront leur permettront de transportes les artistes.
Parmi les porteurs de projet utilisant Tellement prêt : Jean Christophe Parquier et son épouse créent le théâtre permanent Le Préô de Saint-Riquier. L’argent qu’ils récolteront leur permettront de transportes les artistes.

Encore méconnu il y a cinq ans, le crowdfunding, ou financement participatif, est dans l’air du temps, celui de « l’émergence de nouvelles solidarités, comme la colocation, le co-voiturage… La société peut être plus participative et créer une économie d’échanges et de partage. Les cinq plates-formes Initiative picardes exercent le métier de porteurs de compétences et d’accompagnement de créateurs d’entreprise, et engendrent une réelle efficacité, grâce notamment au développement des partenariats public/ privé. C’est une voie de progrès en termes de développement économique », a estimé en préambule le président d’Initiative Picardie Luc Delebecque.
Et les exemples concrets valant mieux que de longs discours, il a laissé la parole à Adrien Aumont de Kiss Kiss Bank Bank créée il y trois ans et demi, qui a développé l’idée d’économie positive, citant un révolutionnaire dont il a oublié le nom mais pas la pensée : « La meilleure révolution, c’est l’entraide », un précepte qui résume plutôt bien la philosophie et le concept de son entreprise, basée sur « une économie collaborative, d’échanges et de savoirs, le crowdfunding est un des briques de cette tendance en pleine expansion [le marché du crowdfunding représentait 2,5 Md$ en 2012, plus de 5 Md$ ont été collectés en 2013, et l’estimation pour 2020 est de plus de 1 000 Md$ de transactions], a-t-il expliqué, un nouveau modèle économique où l’on passe de l’appartenance à l’usage. » Concrètement, la plate-forme Kiss Kiss Bank Bank permet de donner vie à des projets culturels, innovants… en les abondant, et en récupérant une contrepartie. « Depuis la création de la plate-forme, nous avons refusé trop de projets à notre goût, a poursuivi Adrien Aumont. D’où la création d’une nouvelle plateforme de prêts entre particuliers, cette fois sans contrepartie. »

Tellement prêt
« Hello Merci s’attache à de petits projets entrepreneuriaux, a détaillé Vincent Biot, le chef de projet. Le porteur doit répondre à cinq questions, comme la description de sa future activité, l’utilisation de l’argent qu’il va recevoir, et l’impact pour la collectivité. » Un moyen de justifier le risque pris par l’internaute… « Lorsque nous avons découvert Hello Merci, nous avons été séduits par le message délivré parce que nous avons ce même attachement au réseau et à la proximité et ce souci de créer une communauté », note Olivier Bourdon, directeur d’Oise Est Initiative. D’où la création de la plateforme Tellement prêt (qui présente les trois projets picards en cours), en partenariat avec Hello Merci, qui propose aux internautes de « devenir acteur du développement économique de la Picardie en prêtant sans intérêt à de jeunes créateurs d’entreprise », partant notamment du principe que les personnes trouvent un intérêt à financer des projets, avec un prêt médian de 100 €, qui se concrétiseront non loin de chez eux et dans lesquels ils peuvent se projeter. « Le remboursement, mensuel, est simple avec une mécanique de flux bancaire bien huilée », a assuré Vincent Biot.