L’agglo creilloise passera au très haut débit en 2018

Après Beauvais et Compiègne, la troisième agglomération de l’Oise va bénéficier du déploiement de la fibre optique lui permettant de passer au Très haut débit (THD). Un projet co-financé par SFR et Orange dans le cadre d’un accord partenarial signé en 2011 moyennant un calendrier d’exécution de cinq ans. Le montant de ces travaux reste secret.

D’ici à 2020, onze millions de foyers français situés en dehors des grands centres urbains, devraient être alimentés en THD grâce à la fibre optique. Dans ce but, l’Etat a lancé en 2010 un Appel à manifestation d’investissement (AMII), en direction des opérateurs privés. Déjà positionnés sur les agglomérations de Beauvais et Compiègne dans le cadre d’un accord national signé en 2011, Orange et SFR, les deux géants de l’Internet et de la téléphonie mobile, viennent de poser leurs jalons sur l’agglomération creilloise. D’ici à 2018, la Communauté de l’agglomération creilloise (CAC) devrait voir l’ensemble de ses foyers équipés par la FTTH ou Fiber to the home (littéralement : fibre connectée au logement). Le Très haut débit est une connexion Internet ultra rapide permettant d’utiliser une multiplicité d’appareils sans perte de qualité, contrairement à l’ADSL : « Cette fibre va remplacer le réseau cuivre de l’opérateur historique, avec des débits de l’ordre de 100, voire 300 mégabits par seconde, précise Jean-Claude Brier, directeur des relations régionales Nord et Est pour SFR. Elle va permettre une simultanéité des usages avec une qualité optimum : applications professionnelles via le Cloud, télés HD et 3 D, appareils multi-connectés et temps de téléchargement quasi instantanés. La fibre optique optimisera l’accès à des services déjà développés comme la télé médecine, la domotique ou la vidéo protection. »

Cinq ans incompressibles de mise en oeuvre
Son déploiement sur l’agglomération creilloise suivra le même calendrier que dans les autres villes ou agglomérations de moyenne densité concernées par ce programme. Si la première phase d’études et d’ingénierie d’une durée de douze mois a été lancée cette année par SFR, il faudra en réalité cinq ans pour mener à bien la couverture du réseau THD. Un temps qui s’explique par la complexité de la mise en oeuvre. « Nous découperons le territoire en zones avant d’opérer par tranches successives, poursuit Jean-Luc Brier, le déploiement de la fibre se fait sans ouverture de tranchées mais il faut au préalable obtenir l’accord des bailleurs, des syndics et des copropriétés pour le tirage horizontal (armoires au pied des immeubles), puis vertical (boitier d’étage). En 2018, la totalité des foyers de l’agglomération creilloise sera connectée. » A quelques exceptions près : Villers-Saint-Paul n’est pas éligible pour le moment et Montataire possède déjà sa propre fibre optique. Ce réseau FTTH mutualisé par un coinvestissement entre Orange et SFR, ne préjugera pas du choix futur de l’abonné qui pourra opter pour l’opérateur de son choix à condition que celui-ci ait pris part au financement ou bien encore loue la fibre pour vendre ses services.