La Picardie mise sur les agro-ressources

C’est dans la salle du Jeu-de- Paume du prestigieux Domaine de Chantilly qu’ont eu lieu les deuxièmes Entretiens Industries et agrosressources( IAR), organisés par les régions Picardie et Champagne- Ardenne. De nombreux spécialistes français et internationaux ont débattu sur l’avenir de l’énergie en Picardie et plus largement dans le monde. L’énergie verte est au coeur de tous les débats. La Picardie mise sur la bioraffinerie implantée sur les territoires…

393
De nombreux spécialistes ont débattu de l'avenir de l'énergie en Picardie.
De nombreux spécialistes ont débattu de l'avenir de l'énergie en Picardie.

 

De nombreux spécialistes ont débattu de l'avenir de l'énergie en Picardie.
De nombreux spécialistes ont débattu de l'avenir de l'énergie en Picardie.

Depuis 2011, l’activité de la biomasse est devenue concrète et très présente sur tout le territoire. Même si elle n’est pas nouvelle, la notion de biomasse est récemment apparue, mais on peut également s’entendre sur le terme d’agro-ressource ou énergie végétale. La biomasse fait d’ailleurs partie des énergies renouvelables dont le but est d’économiser le carbone et éviter qu’il se retrouve dans l’atmosphère. Avec la biomasse, le carbone reste dans le végétal et on peut ainsi soit le stocker soit transformer directement la matière. Le principal débat de ces Entretiens IAR , qui ont duré deux jours, a été de faire le point sur l’utilisation de la biomasse dans la bioraffinerie et sur les ressources disponibles en région, en France et dans le monde, sur les différents acteurs et sur la valorisation des produits, des services et des compétences. Le but de la région est de rassembler le monde industriel et le monde agricole. « […] L’objectif est d’irriguer l’ensemble de notre territoire régional et d’y préparer les emplois de demain, a déclaré Anne Ferereira, vice-présidente du conseil régional, la biomasse est un défi et une idée à défendre et le souci est bien la durabilité. » Bien évidemment, le développement durable est intimement lié à la biomasse. La Picardie possède 70% de terres agricoles et l’enjeu est de valoriser les ressources naturelles (blé, colza…) pour en faire des produits de consommation courante, comme la peinture ou divers cosmétiques.

Le pôle IAR en première ligne
Le pôle de compétitivité IAR, soutenu par les régions Picardie et Champagne- Ardenne et l’Etat, a lancé de nombreuses actions. Une des priorités de la région, mais aussi de l’Etat, est d’exceller dans la chimie verte d’ici 2030 et d’être capable de fabriquer du biocarburant. Une autre ambition annoncée est celle de la chimie végétale et la valorisation des protéines végétales. Les réflexions sur la biomasse ne peuvent oublier les méthodes actuelles et l’objectif du pôle est de procéder à une transition énergétique douce. « Nous voulons associer le monde agricole aux perspectives de durabilité et travailler sur le mode de production dont le but est d’avoir une agriculture compétitive », explique Dominique Dutartre, le président du pôle IAR. A moyen terme, l’ambition du pôle IAR est de devenir la référence européenne pour les valorisations des agro-ressources, d’ici 2015. Ce pôle, implanté dans l’Aisne, compte 230 adhérents de Champagne-Ardenne, de Picardie et de la France entière, dont le but est le développement de la substitution des produits pétroliers par des productions végétales.