Couverture Flet, plus de 50 ans de savoir-faire

Couverture Flet, c’est d’abord une histoire familiale. L’entreprise a été créée à Prouzel (au sud d’Amiens) par Denis Flet, le père de l’actuel dirigeant Yannik, en 1960. Ses 5 garçons travaillent à ses côtés, et l’entreprise, qui oeuvre pour de grands groupes comme Quille de Paris à Rouen, compte 50 ouvriers.

782
Parmi les salariés, la plupart ont effectué leur apprentissage au sein de l'entreprise.
Parmi les salariés, la plupart ont effectué leur apprentissage au sein de l'entreprise.

 

Une des spécialités de l’entreprise : la restauration de clochers d’église.
Une des spécialités de l’entreprise : la restauration de clochers d’église.

Lorsque Denis Flet part à la retraite, son épouse, qui l’épaulait dans les tâches de secrétariat, reprend le flambeau quelques années, avant que Yannik – qui a intégré la société en 1976 comme couvreur – ne reprenne les rênes de la société en 1996 avec comme actionnaire Yvon, un de ses jeunes frères malheureusement décédé depuis. Couverture Flet emploie aujourd’hui une vingtaine de personnes, et la plupart des 37 apprentis formés au fil des ans continuent à travailler dans l’entreprise.

Restaurations d’églises

Si le dirigeant a comme toutes les entreprises de bâtiment ressenti les effets de la crise, il a su maintenir le cap de son activité : « Avant la crise, 70% de nos commandes émanaient d’appels d’offres, explique Yannik Flet, qui a su anticiper et basculer le gros de son activité sur les particuliers, qui représentent 80 à 85% de sa clientèle. Cela demande plus de travail, mais nous avons de beaux chantiers, comme les deux que nous avons en ce moment sur la Côte d’Opale. » Pour se démarquer, Couverture Flet a d’autres cordes à son arc, « notre spécialité, c’est l’ardoise, le zinc et la tuile, mais aussi la restauration de clochers et de coqs d’église, nous avons terminé il y a peu celui de l’église de Villers-Bocage », détaille le dirigeant, épaulé par sa secrétaire Graziella et son « bras droit » Rudy Vicart, à ses côtés depuis 1978. Depuis 1960, l’entreprise, qui travaille avec la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), a raccroché 53 coqs sur les faîtes d’église. Et à chaque fois, suivant la tradition des couvreurs, les ouvriers vont de porte à porte montrer le coq aux habitants… Couverture Flet compte également parmi ses clients 43 communes picardes, qui font appel à elle pour l’entretien des bâtiments.

Montée en puissance

Parmi les salariés, la plupart ont effectué leur apprentissage au sein de l'entreprise.
Parmi les salariés, la plupart ont effectué leur apprentissage au sein de l'entreprise.

Ces pans d’activité pointus permettent à la société de se différencier des autres entreprises et d’élargir son rayon d’intervention. Les salariés suivent régulièrement des stages sur la sécurité et la pose de matériaux, un gage supplé-mentaire de sérieux et de qualité pour la clientèle. Il y a deux ans, Yannik Flet a monté une seconde entreprise, Flet isolation aménagement (placo, combles, isolation par l’extérieur), dans laquelle travaillent trois personnes. « La société monte en puissance, avec 80% de l’activité allouée à la rénovation. Les chantiers sont signés à trois mois [nlr, huit mois pour la partie couverture] », note-t-il. Résultat : le chiffre d’affaires progresse, « pas comme avant la conjoncture défavorable, nuance Yannik Flet, mais on s’estime satisfait lorsqu’on ne doit pas d’argent en fin d’année… » Dans les projets de Yannik Flet : faire construire un bâtiment plus grand, toujours à Prouzel, ou en tout cas dans la Vallée de la Selle, embaucher de nouveaux couvreurs. Et pourquoi pas mettre sur pied une autre entreprise, dédiée à l’entretien… ?