Un parc naturel marin pour protéger les aires marines des estuaires picards et de la mer d’Opale

Le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale, premier parc de la façade maritime Manche mer du Nord, a vu le jour le 11 décembre 2012, par décret du ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie. Son conseil de gestion s’est quant à lui réuni pour la première fois, ce 12 juillet 2013.

Carte du périmètre du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale
Carte du périmètre du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale

Un parc naturel marin constitue l’une des 15 catégories d’aires marines protégées, créé par la loi du 14 avril 2006. En Manche, c’est un arrêté du ministre de l’Écologie, du développement et de l’aménagement durable du 19 février 2008 qui fixe la mise en place de la mission d’étude pour la création d’un parc naturel marin à l’ouvert des estuaires de la Somme, de l’Authie et de la Canche. Installée par l’Agence des aires marines protégées à Boulogne-sur-mer, cette mission a piloté et animé l’étude, (en concertation avec les différents acteurs intervenant en mer) jusqu’à l’enquête publique réalisée entre août et octobre 2011. Suite à cela, le 11 décembre 2012, le parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale voyait le jour.

Carte du périmètre du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale
Carte du périmètre du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale

Un carrefour biologique
Premier parc naturel de ce type en Manche, il couvre 2 300 km² d’espace marin et compte prés de 118 km de côtes. Situé à la rencontre de deux mers et alimenté par sept fleuves, le parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale abrite des écosystèmes multiples et possède un grand nombre de milieux interdépendants tels que : les bancs de sable, les estuaires, etc. Il joue ainsi un rôle essentiel de frayères (lieu de reproduction des poissons, ndlr) et de nourriceries pour la biodiversité et les ressources halieutiques. Véritable carrefour biologique, il abrite également une économie maritime très importante et se voit depuis peu, devenir un terrain propice dans l’émergence de nouveaux enjeux économiques tels que l’éolien . La création de ce parc doit alors permettre, certes de protéger la biodiversité présente dans ces aires marines, mais pas au détriment de l’ activité économique.

Nature et économie
En effet, il s’agit non seulement de prendre en compte l’essentiel des enjeux de protection de la zone mais également de prendre en considération les interactions entre les différents écosystèmes et les activités présentes, afin qu’elles subsistent de manière harmonieuse. Les enjeux liés à la création de ce parc naturel marin, se situent donc à la fois sur le plan social (activités de loisirs, tourisme, cadre de vie), national (pêche professionnelle et activités portuaires….), et international ( trafic maritime, sécurité en mer, pollution…). Les objectifs visés par cette création sont, en ce sens, multiples : la connaissance du milieu marin, la protection de ses écosystèmes et le développement durable des activités maritimes, notamment économiques. Afin d’atteindre ces objectifs, un conseil de gestion (organe de gouvernance collégiale) composé de 60 membres a été crée. Il s’est réuni pour la première fois le 12 juillet 2013. Organe de gouvernance collégiale du parc naturel marin, ses membres décident des actions à mener, élaborent le plan de gestion (qui fixe les objectifs à long terme pour 15 ans maximum) et prennent les décisions mettant en oeuvre l’équipe technique, tout en veillant à respecter le fragile équilibre de l’union protection environnementale et économie.