Premiers emplois francs signés à Amiens

Les emplois francs, dispositif qui s’adresse aux jeunes de moins de 30 ans habitant dans des ZUS, sont expérimentés à partir de cette année. A Amiens, qui fait partie des dix collectivités expérimentales avec Saint-Quentin, les cinq premiers contrats ont été signés avec trois entreprises.

781
Les contrats ont été signés à la préfecture de région.
Les contrats ont été signés à la préfecture de région.
Les contrats ont été signés à la préfecture de région.
Les contrats ont été signés à la préfecture de région.

C’est lors d’une visite à Amiens, le 20 août, que le ministre délégué à la ville, François Lamy, a annoncé le lancement des emplois francs. Ce dispositif, créé dans le cadre de la politique de la ville, s’adresse aux personnes de moins de 30 ans, qualifiées ou non, vivant dans une zone urbaine sensible (ZUS) depuis au moins six mois et cherchant un emploi depuis au moins douze mois. Il est pour le moment au stade expérimental et est testé dans dix villes ou intercommunalités dont Amiens et Saint-Quentin font partie. Moins d’un an après cette annonce, les cinq premiers emplois francs de la ville d’Amiens ont été signés à la préfecture de région et de la Somme. Cinq emplois proposés par trois entreprises amiénoises : Coriolis, qui embauche trois téléconseillers, SOS ambulance qui recrute un ambulancier et Logistere qui engage un chauffeur-livreur.

Aide de 5 000 €
Pour être éligible, ces entreprises ont dû proposer un contrat à durée indéterminée (CDI) à temps complet. Elles doivent être à jour de leurs cotisations, n’avoir procédé à aucun licenciement, ni employé le titulaire du contrat dans les six mois précédant le recrutement. Et elles ne doivent bénéficier d’aucune autre aide pour cet emploi. En contrepartie, l’Etat attribue à ces entreprises une aide financière forfaitaire de 5 000 € pour chaque emploi franc. Cette aide est gérée par Pôle emploi et versée en deux fois : 2 500 € à l’issue de la période d’essai et 2 500 € à l’issue du 10e mois d’exécution du contrat. « Nous allons mettre en place une équipe de cinq personnes pour travailler dans ces quartiers », explique Alain Mauny, directeur régional de Pôle emploi Picardie.
Il n’est pas nécessaire d’être diplômé pour bénéficier d’un emploi franc, mais les cinq nouveaux salariés ont tous un niveau d’études. Sur ces trois emplois francs, l’une est diplômée d’un bac STG option communication, les deux autres ont un niveau CAP coiffure et DEUG en lettres appliquées. L’ambulancier recruté par SOS ambulance est en première année bac pro MSMA (maintenance des systèmes mécaniques automatisés), tandis que le chauffeur-livreur de Logistere est titulaire d’un CAP/BEP carrosserie. Sur ces cinq emplois francs, quatre habitent dans les quartiers Sud- Est d’Amiens et une réside à Amiens- Nord. Tous sont ravis de faire partie de ce dispositif qu’ils voient comme « une opportunité » et qui leur permet de sortir d’une « situation bien précaire » ou de plusieurs « années de galère ».