Oser créer ou reprendre une entreprise

L’association Compétences pour l’entreprise de Chépy vient de tenir son assemblée générale à Criel-sur- Mer. Toute l’équipe a salué le courage de ceux qui ont osé et continuent d’oser créer ou reprendre une entreprise.

455
Compétences pour l’entreprise met en avant les créateurs.
Compétences pour l’entreprise met en avant les créateurs.

 

Compétences pour l’entreprise met en avant les créateurs.
Compétences pour l’entreprise met en avant les créateurs.

Il faut véritablement oser, dans un contexte de crise économique et sociale qui dure et perdure, sauter dans l’inconnu de la reprise d’entreprise. Il faut oser parfois quitter un emploi que l’on occupe en CDI pour reprendre une boucherie ou créer une entreprise de plomberie, salue Sabrina Holleville, présidente de Compétences pour l’entreprise de Chépy, lors de l’assemblée générale de l’association. De même, lorsqu’on a connu une période de chômage plus ou moins longue, il faut oser susciter soi-même les conditions pour s’en sortir, en l’absence d’une embauche qui tarde à venir. Il faut oser embarquer sa famille dans une aventure, certes passionnante, mais par définition très aléatoire au regard du contexte difficile »

Du talent
L’association vient de tenir son assemblée générale à Criel-sur-Mer, en Seine-Maritime. La présidente a rappelé combien le talent fait la différence, même dans des activités où la concurrence ne manque pas. Elle a salué les initiatives originales, voire inédites, comme le relooking de meubles, la location de véhicules de luxe, la ferronnerie d’art…
Elle a rappelé que le rôle primordial de l’association était de faire en sorte que « ces multiples projets divers et variés puissent voir le jour dans un climat juridique, social et financier adapté au projet et à la personnalité de son auteur, et réaliste au regard du marché ».

Formations
En 2012, 208 personnes ont été reçues ; 61 créations d’entreprise et reprises d’entreprise portées par 65 personnes (30 femmes et 35 hommes) ont vu le jour. Le statut d’auto-entrepreneur, dont les seuils devraient être remis en cause dans les prochaines semaines, séduit toujours : 34 créations. « Ce statut connaît un succès certain qui risque, néanmoins, d’être stoppé en plein vol par la réforme annoncée par le gouvernement », indique-t-elle. Une réunion devrait être organisée en septembre. Il a d’ores et déjà été conseillé aux créateurs d’opter pour le réel.
Fin 2013, début 2014, l’association va mettre en place des actions de formation. Elles pourront porter notamment sur la comptabilité, la gestion, les techniques de commercialisation, la façon d’établir une facture, un bon de commande ou de rédiger des conditions générale de vente… De quoi garder les créateurs sur de bons rails…