Ekidina, une SCOP au coeur du développement durable

Lancée par trois entrepreneurs, la SCOP Ekidina propose différents produits à travers trois axes : l’énergie, le paysage et des solutions pour le quotidien. Le lombricomposteur et le potager d’intérieur modulable, deux produits de l’entreprise primés lors du concours Eclosia, sont à présent disponibles.

Le potager modulable a été conçu par un designer pour qu’il s’intègre naturellement dans un appartement ou sur un balcon.
Le potager modulable a été conçu par un designer pour qu’il s’intègre naturellement dans un appartement ou sur un balcon.

 

Le potager modulable a été conçu par un designer pour qu’il s’intègre naturellement dans un appartement ou sur un balcon.
Le potager modulable a été conçu par un designer pour qu’il s’intègre naturellement dans un appartement ou sur un balcon.

Animés par une forte conviction verte, Jordi Hubert, Gaëtan et Benoît Allard ont d’abord monté en 2012 l’association Ekidina pour sensibiliser le grand public aux enjeux du développement durable, avant de fonder une SCOP permettant de formaliser et de matérialiser leurs engagements.
Avec leurs structures, les trois jeunes hommes ont décidé d’agir sur plusieurs plans, chacun dans son domaine de prédilection. Ainsi, Jordi Hubert, ingénieur thermicien, est appelé à gérer la branche Ekidina énergies, quand Benoît Allard, paysagiste, est en charge de la partie Ekidina paysage. Gaëtan Allard, pâtissier de formation, a quant à lui toujours eu l’envie d’entreprendre. Après une expérience dans le commerce équitable, le développement de la partie commerciale d’Ekidina étaient une évidence.

Agir sur plusieurs plans
« Dès la création de la SCOP, nous souhaitions nous investir dans trois branches différentes. Nous voulions être sur tous les fronts à différentes échelles mais avec une possibilité de création assez rapide », explique Jordi Hubert. Pour la partie solutions écologiques au quotidien, pour laquelle la SCOP a remporté un prix au concours Eclosia, l’offre se concentre aujourd’hui sur deux produits phare : le lombricomposteur et le potager d’intérieur modulable. Ces deux créations, proposées à 150 euros pour la première et 200 euros pour la seconde, s’adressent à des urbains qui n’ont pas accès à un jardin. Pour Gaëtan Allard, l’idée est d’intéresser les citadins à la terre et à sa production : « Nous voulons participer à la création d’un système alternatif, pousser les gens à être à l’origine de ce qu’ils consomment, à ce qu’il y ait une réflexion derrière tout ça. Et, pourquoi pas, donner la possibilité aux gens d’avoir une certaine autonomie alimentaire. » Les produits sont disponibles sur Internet mais également sur certains marchés.
Outre l’aspect solutions écologiques pour le quotidien et le paysage, la SCOP souhaite aussi proposer ses services en matière d’énergie, grâce notamment à des études et des conseils en matière de rénovation thermique (diagnostic rénovation, calcul réglementaire…), mais également avec des solutions concrètes comme les micro-énergies (micro-éolienne, centrale solaire…). « A terme, l’idée serait d’avoir une maison témoin où l’on pourrait décliner différentes solutions et proposer des isolants naturels par exemple », commente Gaëtan Allard.

Développement de la SCOP
Si les trois entrepreneurs se définissent comme idéalistes, la construction de la SCOP et la participation au concours Eclosia a permis de formaliser leurs envies tout en collant à la réalité de l’entreprise. En plus d’un gain financier, l’accompagnement du conseil général et les liens avec les autres participants ont été une véritable valeur ajoutée. « L’aventure Eclosia nous a permis de développer notre business plan et nous a aussi forcés à aller dans le détail. Nous gérons un projet de façon globale. Tous nos produits sont faits de préférence en France, ou à défaut en Union européenne. Nous avons une charte éthique et nous travaillons avec une menuiserie participative », explique Jordi Hubert.
Si le démarrage est un peu plus lent que prévu, l’équipe espère réaliser un chiffre d’affaires de 120 000 euros, dont 90 000 euros de vente.