Déclinaison régionale de la charte sur le secteur automobile

En 2012, une charte nationale pour le secteur de l’automobile était signée entre l’Etat, les constructeurs et équipementiers automobiles, les branches professionnelles et les organisations syndicales. Une déclinaison régionale de cette charte vient d’être signée en Picardie. Elle prend en compte notamment les salariés et l’emploi.

 

Les constructeurs automobiles et les organisations syndicales font partie des signataires de la charte.
Les constructeurs automobiles et les organisations syndicales font partie des signataires de la charte.

La préfet de région de région Picardie a réuni le 25 juillet les acteurs de la filière automobile. Le but de ce rendez-vous était la signature de la déclinaison régionale de la charte nationale de coopération pour le soutien et l’accompagnement des entreprises du secteur automobile et de leurs salariés. Une charte qui compte quatorze signataires représentant l’Etat, les constructeurs automobiles, des associations de l’industrie automobile, les branches professionnelles et les organisations syndicales. La charte nationale a été signée en 2012 et sa déclinaison en Picardie s’achèvera le 31 octobre 2015.

Plan d’action
« La filière automobile est l’une des plus importantes de l’industrie picarde, rappelle Jean-François Cordet, préfet de la région Picardie. Le savoir-faire picard est reconnu par les plus grands constructeurs. » La région compte 140 établissements, l’essentiel étant des équipementiers, des fabricants ou des sous-traitants. La filière rassemble environ 14 600 emplois. « Nous avons des grands noms dans notre région, poursuit le préfet. Valéo, Faurécia, Saint-Gobain ou encore Arcelor produisent ici. » Jean- François Cordet a mis en avant la diversification du secteur automobile en Picardie, qui compte « pas moins de onze filières », sa compétitivité, avec des entreprises qui « exportent dans le monde entier », et ses investissements « dans la recherche appliquée et l’innovation ».
Les deux constructeurs français, Renault et PSA Peugeot Citroën, étaient représentés par leurs délégués régionaux. Tous les deux ont fait part de leur intérêt pour cette charte et ce comité. « Nous pouvons estimer que ce type de groupe de travail est efficace », estime Philippe Thonier, délégué régional de Renault. « La Picardie est la 5e région de fournisseurs de rang 1, affirme Bernard Grandel, délégué régional de PSA. Nous souhaitons que cette région prospère. »
Les signataires s’engagent à mettre en place un plan d’actions autour de deux axes. Le premier appuie l’accompagnement des PME et plus particulièrement le déploiement de démarches de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Le but est d’aider des entreprises à appréhender les impacts en matière de ressources humaines. Le deuxième axe concerne les salariés et le développement de leurs compétences. Le but étant de les adapter aux métiers de demain et de favoriser leur développement personnel. La charte prévoit la création de passerelles au sein de la filière ou vers d’autres métiers et le maintien des seniors dans l’emploi pour développer le tutorat et faciliter la transmission de compétences.
Un comité de pilotage territorial, composé de l’ensemble des signataires a été installé le jour même de la signature de la charte. Ce comité a « pour mission d’identifier les projets picards qui pourraient être proposés au comité national », explique le préfet de région. Une première réunion a été fixée au 19 septembre.