Tendance à la baisse pour l’immobilier dans la Somme

Comme chaque année, la Chambre des notaires de la Somme a présenté les statistiques immobilières du département. Il s’agit de cerner le comportement des acheteurs et des vendeurs, ainsi que le prix moyen des terrains à bâtir, des maisons et appartements anciens et neufs.

396
Les moins de 30 ans représentent 19 % des acquéreurs dans la Somme et son inégalement représentés.
Les moins de 30 ans représentent 19 % des acquéreurs dans la Somme et son inégalement représentés.

 

Les moins de 30 ans représentent 19 % des acquéreurs dans la Somme et son inégalement représentés.
Les moins de 30 ans représentent 19 % des acquéreurs dans la Somme et son inégalement représentés.

Grâce à la base de données immobilières Perval, renseignées par les notaires et qui recense les transactions sur l’ensemble du territoire, chaque année une tendance générale du marché se dessine. Si avant la crise bancaire les biens immobiliers se vendaient rapidement et avec une plus-value, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Malgré des taux d’emprunt très bas et la possibilité de négocier les prix, les transactions sont à la baisse. En cause, de moins en moins d’acheteurs potentiels (incertitude des perspectives économiques, chômage) et des vendeurs qui hésitent à baisser le prix de leur bien. Un contexte par conséquent peu favorable à la bonne santé du marché immobilier.

Les tendances du marché
Concrètement, côté prix, la Picardie voit ses terrains à bâtir baisser de 5,7 % (- 2,3 pour la Somme), alors que la tendance nationale est à la hausse (+ 2,4 %). Le marché des maisons anciennes reste stable, excepté au niveau de l’ensemble du territoire (- 1,3 %), et les appartements anciens sont en légère baisse en France (- 0,5 %), en Picardie (- 1,3 %) ainsi que dans la Somme (- 1 %).
Dans le département, une maison ancienne se négocie en moyenne à 128 000 euros – un prix stable depuis 2010 – contre 163 000 euros au niveau national. Les appartements anciens sont, eux, à 2 130 euros/m² dans la Somme (2 340 euros/m² en moyenne en France) et les terrains à bâtir s’affichent autour de 42 000 euros, contre une moyenne nationale à 60 000 euros.
Côté acquéreurs, les 40/49 ans sont les principaux acheteurs, alors que les moins de 30 ans ne représentent que 19 % et sont très inégalement répartis sur le département. Si la région d’Albert-Rosières et Montdidier compte plus de 25 % d’acheteurs de moins de 30 ans, la côte picarde en dénombre, quant à elle, 10 % en moyenne.