Plus de 1 000 dossiers de formations financés par le Fongecif Picardie

Le Fongecif gère depuis 30 ans les fonds nécessaires au financement les congés individuels de formations des salariés en CDD ou CDI. En Picardie, elle collecte près de 15 M€ chaque année auprès des entreprises du secteur privée.

427
Jean-François Cousin, directeur régional du Fongecif Picardie.
Jean-François Cousin, directeur régional du Fongecif Picardie.

 

Jean-François Cousin, directeur régional du Fongecif Picardie.
Jean-François Cousin, directeur régional du Fongecif Picardie.

Le Fongecif fête cette année son trentième anniversaire. Le Fongecif, c’est le fonds de gestion du congés individuel de formation. Il est présent dans toutes les régions. C’est une association loi 1901 et une structure paritaire, puisqu’il est composé de représentants patronaux et de salariés. Le président du Fongecif Picardie est ainsi un représentant du Medef, Stephan De Butler, et son viceprésident fait partie de la CFTC, Philippe Theveniaux. Et depuis mars 2013, son directeur régional est Jean-François Cousin, ancien directeur de l’Agefos- PME Nord-Picardie.

9 311 entreprises adhérentes
Le Fongecif a deux missions principales. La première est d’accueillir, informer et orienter les salariés en CDI et les salariés en cours ou en fin de CDD. La seconde est de financer les formations grâce à la collecte auprès des entreprises du secteur privé. Cette collecte concerne « 90 % des entreprises du secteurs privé » en Picardie, affirme Jean-François Cousin. Pour les CDI, les entreprises de plus de 20 salariées doivent verser une cotisation qui correspond 0,2 %, de sa masse salariale CDI de l’année précédente. Pour les CDD, la cotisation correspond à 1 % de la masse salariale CDD, pour les entreprises comptant au moins un salarié en CDD. Le Fongecif Picardie comptait 9 311 entreprises adhérentes, pour 325 283 salariés en 2012. « Chaque année, nous collectons un peu plus de 15 M€ de fonds », ajoute Jean-François Cousin. Les fonds collectés servent à financer des formations pour les salariés. Et à verser la cotisation du Fongecif au fond paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), qui correspond à un taux de 13 % de la collecte.

VAE, bilans de compétences
Pour les salariés, le Fongecif finance les congés individuels de formations (CIF), dont les parcours peuvent aller jusqu’à 1 000 heures. Il intervient aussi pour les validations des acquis de l’expérience (VAE), les bilans de compétences. Et il participe aux financements de contrats de sécurisation professionnels (CSP), ouvert aux personnes licenciés économiques qui pendant un an « peuvent bénéficier d’une formation pour retrouver un emploi », explique Jean-François Cousin. En 2012, ce sont 1 174 dossiers qui ont été traités dans la région, avec un taux moyen d’acceptation de 68 %. « Il y a un certain nombre de règles à respecter comme l’ancienneté, précise le directeur régional du Fongecif Picardie. Il faut au moins 24 mois d’ancienneté, dont 12 mois dans sa dernière entreprise pour un CIF CDI ».
Parmi les demandeurs de formation, il y a des personnes qui souhaitent changer de vie et de situation professionnel. Et cela ne se fait pas sans garantie de leur part. « Il faut qu’elles construisent un vrai projet, explique Jean-François Cousin. Il faut que nous ayons des courrier d’entreprises disant qu’elles sont intéressées par le profils de ces personnes. C’est important pour nous qu’elles fassent ces démarches ». Pour remplir ses missions d’accueil et d’information des salariés, le Fongecif Picardie compte huit lieux d’accueil dans toute la région. à Amiens, il se trouve au siège régional. Les autres se trouvent dans des maisons de l’emploi et de la formation (MEF) à Abbeville, Beauvais, Compiègne et Laon), à la mairie de Creil, à la cité des métiers de Saint-Quentin et au centre social de Soissons. Le Fongecif communique aussi auprès de Pôle emploi, des MEF et de l’Agefiph (pour l’insertion des personnes handicapées), pour donner des informations sur ses missions et ses dispositifs.