L’ombre de Victor Hugo à Ault

Le 1837 Victor-Hugo Restaurant vient d’ouvrir à Ault. L’établissement de standing rend hommage à l’auteur des misérables tombé sous le charme de la commune. La cuisine se veut raffinée, un atout appréciable pour la clientèle d’affaires. Un hôtel, pour le moment de neuf chambres, complète l’ensemble.

471
La décoration soignée rend hommage à Victor Hugo.
La décoration soignée rend hommage à Victor Hugo.

 

Un établissement de renom à Ault.
Un établissement de renom à Ault.

Eh bien, rangez désormais Biarritz avec le Tréport, Etretat et le Bourg d’Ault parmi les lieux que je choisirais pour le plaisir de mes yeux, comme parle Fénélon… » A ces quelques mots tirés de ses carnet de voyage Alpes et Pyrénées, on comprend combien l’écrivain Victor Hugo était amoureux d’Ault.

Cuisine originale

La commune figure d’ailleurs sur une route européenne dédiée à l’écrivain. C’est donc tout naturellement que Jean-François-Emmanuel et Nicolas Salvator Morgillo ont baptisé leur restaurant Le 1837 Victor-Hugo. Le souvenir du grand homme est présent un peu partout : des livres, des statues, un portrait peint… et même dans l’assiette avec des noms de menus qui rappellent des oeuvres. Il est ouvert tous les jours de 12 heures à 14 heures et de 19 heures à 21 heures.

La décoration soignée rend hommage à Victor Hugo.
La décoration soignée rend hommage à Victor Hugo.

Le chef René Centonze a voyagé à travers le monde. Il privilégie une cuisine originale inspirée des produits locaux : poisson du Tréport, salicornes algues… Ainsi, il propose notamment un millefeuille de Saint-Jacques aux herbe thaï avec des ravioles de radis noir aux crevettes avec une vinaigrette d’alcool. Pour la fin de l’année, il proposera des cours de cuisine : « Tous les plats sont concoctés maison, même les fruits confits », expliquent les maitres des lieux. Bientôt, depuis le salon Escoffier, il sera possible de le voir travailler en cuisine. A noter qu’il devrait donner des cours d’ici la fin d’année.

Tarifs abordables
La décoration de la salle, d’une quarantaine de places, est romantique et baroque à la fois. Les lustres en cristal en jettent ! Les couverts en argent démontrent la recherche de raffinement. La potiche d’1,80 mètre venue de Chine laisse admiratif de même que les chaises italiennes, les verres en cristal des Flandres, les trompes-l’oeil ou les faux marbres. La réception étonne avec ses fauteuils Chesterfield. La terrasse laisse augurer des belles soirées d’été.
Malgré une offre de standing, les tarifs se veulent abordables, en particulier pour la clientèle d’affaires, qui pourra bénéficier bientôt de plusieurs salons. Ainsi, le midi en semaine, un menu à 25 euros est proposé : plat, entrée, dessert et 25 cl de bon cru. Les menus sont à 32 et 45 euros. Un service à la carte a été mis en place.
Quant à l’hôtel Villa Aultia, il a ouvert le 1er juillet. Il est pour le moment constitué de 9 chambres et suites, portant des noms d’artistes célèbres de la région. Toutes sont dans des ambiances et couleurs différentes mais très cosy et très finement décorées. Les faux marbres au plafond valent le voyage. Des coffres forts ont été installés. La grande majorité ont vue sur la mer. Les tarifs sont fixés entre 139 et 320 euros pour le grand public avec des offres adaptées pour les entreprises. D’autres chambres seront ouvertes rapidement. Au total, le restaurant, la réception et l’hôtel occuperont une dizaine de salariés. Les deux frères en sont persuadés : « Notre but est de faire rêver les gens. Il n’y avait pas d’établissement digne de ce nom comme le nôtre sur Ault. Il va attirer une clientèle à fort pouvoir d’achat qui va faire travailler l’économie locale : les autres restaurants, la maison de la presse, les bars..