Elle coiffe dans la galerie marchande

El’Coif c’est le nom du salon de coiffure créé par Elodie Sadel dans la galerie marchande de l’intermarché de Roye. Depuis août 2012, le salon accueille, hommes, femmes et enfants.

501
Un salon de coiffure flambant neuf dans la galerie marchande d’Intermarché à Roye.
Un salon de coiffure flambant neuf dans la galerie marchande d’Intermarché à Roye.

 

Un salon de coiffure flambant neuf dans la galerie marchande d’Intermarché à Roye.
Un salon de coiffure flambant neuf dans la galerie marchande d’Intermarché à Roye.

Ouvrir un salon de coiffure en pleine zone commerciale de Roye, c’est la bonne idée d’Elodie Sadel, amiénoise d’origine. Après quinze ans d’expérience dans la coiffure dont huit en galerie marchande, la jeune femme a décidé en 2012 de créer son propre salon. « J’ai bien observé durant ces huit années en zone commerciale que c’est bien là que les clients sont. Il y a bien plus de monde ici qu’en centre-ville où les coiffeurs sont déjà très nombreux », constate la créatrice d’entreprise âgée de 30 ans qui a pris les deux premières lettres de son prénom pour inventer le nom de son salon. Un salon qui fonctionne bien à en croire la coiffeuse-visagiste qui a mené tout un travail de communication durant les premiers d’ouverture sur Roye et les communes alentours. « Par exemple, j’ai fait imprimer des flyers. Mais il s’avère que le bouche à oreille marche bien également. Sans parler des personnes qui voient le salon en galerie et se disent pourquoi ne pas aller me faire faire une petite coupe », complète Elodie Sadel qui travaille avec une apprentie. Elle envisage d’ailleurs d’embaucher pour tenir l’amplitude horaire du salon ouvert non stop de 9h à 19h du lundi au vendredi et de 8h30 à 18h le samedi.

Une progression pas à pas
« J’ai donc des journées bien remplies. Mais c’est ce qui accompagne la création d’entreprise non ? Le chiffre d’affaires est bon, j’évolue comme je le souhaite. Ma société a onze mois, je suis heureuse du chemin parcouru et d’être mon propre chef
», se satisfait Elodie Sadel qui, avant de coiffer ses clients, est passée par différentes étapes comme chercher et aménager le local vide de la galerie marchande. Fauteuils, tablettes, bacs à shampoing, tout y est. De quoi satisfaire l’enseigne commerciale qui ajoute un nouveau commerce aux pressing, tabac, opticien et pharmacien déjà en place. « Grâce au réseau J’entreprends en Somme, j’ai eu accès au stage de gestion de la Chambre des Métiers de la Somme. J’ai pu apprendre par exemple quel statut choisir pour mon entreprise et de nombreuses notions de comptabilité, d’assurance et de droit du travail bien utiles à mon activité », reprend la chef d’entreprise qui a également pu bénéficier d’un prêt d’honneur de 8000 euros. Une somme bien venue pour équiper le salon et faire de El’Coif une réussite commerciale et humaine.