« Amiens La cathédrale en couleurs » : une plongée au coeur du Moyen Age

Cet été, Picardie La Gazette vous propose une série de reportages sur des lieux touristiques de la région. Deuxième étape avec la cathédrale d’Amiens… Le spectacle son et lumière, « Amiens : La cathédrale en couleurs » a repris du service depuis le 15 juin 2013. Résultat d’un long travail de recherche scientifique et de l’exploitation des nouvelles technologies, il permet de donner une perception de l’architecture médiévale et de la polychromie qui ornait jadis la façade de ce chef d’oeuvre d’art gothique.

389
La cathédrale prend des couleurs durant la saison estivale.
La cathédrale prend des couleurs durant la saison estivale.

 

La cathédrale prend des couleurs durant la saison estivale.
La cathédrale prend des couleurs durant la saison estivale.

La cathédrale d’Amiens, chef d’oeuvre de l’art gothique classique, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco et monument emblématique de la capitale picarde, reprend chaque soir, à la tombée de la nuit (du samedi 15 juin au dimanche 15 septembre), ses couleurs de jadis. Devant un public toujours plus nombreux, le spectacle gratuit « Amiens, la cathédrale en couleurs » et sa bande-son (commentaire descriptif et pièces musicales) remontent le temps où les portails étaient peints de couleurs vives. C’est lors d’une restauration de la façade occidentale au laser de 1992 à 1999 que l’on découvre sur les trois portails de la cathédrale, des vestiges de polychromie, datant du XIIIe siècle. Le projet du spectacle prend alors naissance. Des recherches effectuées par

La cathédrale prend des couleurs durant la saison estivale.
La cathédrale prend des couleurs durant la saison estivale.

plusieurs restaurateurs ainsi que celles du laboratoire des Monuments Historiques permettront de définir précisément les couleurs à utiliser pour le spectacle.

Nouvelle technologie et histoire
La restitution des couleurs médiévales de la cathédrale est permise grâce à des projections d’images numériques de haute définition. Des clichés ont d’abord été pris de la façade et des portails pour être ensuite traités numériquement. En raison de leur profondeur, les portails sont colorisés à l’aide de deux images : l’une pour la partie gauche et l’autre pour la partie droite. Pour la façade, il s’agit également de deux images, cette fois, une pour la partie haute et une pour la partie basse. Pour leur donner vie, un matériel de projection et de sonorisation de haute qualité technique fut conçu spécialement pour Amiens Métropole. Neuf projecteurs au total sont nécessaires au spectacle répartis dans deux cabines de projection, placées en premier plan et trois autres cabines en arrière-plan, en fond du parvis. Munis de lentilles puissantes et dotés d’un système de repérages optiques, ils permettent une harmonisation de la luminosité entre les trois portails, une optimisation du rendu des images et une adéquation avec le relief des sculptures.

Place à l’émerveillement
Le résultat de cette technologie ? Un spectacle son et lumière qui a déjà séduit plus de 1 800 000 visiteurs, qui ont ainsi pu faire escale le temps d’une soirée, à l’époque du Moyen Age. « Le spectacle s’est amélioré d’année en année. Il est désormais possible de voir les détails et les couleurs vives des tissus des personnages des portails. C’est très vraisemblable, précis et surtout magnifique, déclare Loreline, Amiénoise. La bande son du spectacle est personnellement un peu plus difficile à saisir. Mais dans l’ensemble, cela permet vraiment une plongée dans le passé ! » Un avis partagé par le visiteur qui découvre Amiens, comme le souligne André, habitant en Ardèche : « Je suis émerveillé. Les lumières donnent vie aux couleurs que l’on croirait presque réelles. J’ai visité la cathédrale durant la journée mais avec ce spectacle, elle prend une tout autre dimension. » Pour ceux qui ne pourrait pas se déplacer, le spectacle peut être visible sur un écran d’ordinateur en quelques clics. Amiens est ainsi une des premières villes de France à communiquer auprès du grand public en « réalité augmentée ».