Portes ouvertes pour la carrière

La carrière Oscar-Savreux du Crotoy vient d’ouvrir ses portes au grand public et à ses clients. L’occasion de découvrir ce site exceptionnel de 120 hectares. Il occupe 55 personnes. Les matériaux extraits entrent notamment dans la composition de béton, pneus, vaisselle, dentifrice et peinture…

Les visiteurs ont pu découvrir lors des portes ouvertes le site de 120 hectares.
Les visiteurs ont pu découvrir lors des portes ouvertes le site de 120 hectares.

 

Les matériaux sont mis en tas dans la carrière.
Les matériaux sont mis en tas dans la carrière.

Plusieurs dizaines de personnes sont venues visiter la carrière Oscar-Savreux du Crotoy. Elles ont pu assister à des présentations d’engins et à des démonstrations orchestrées par les chauffeurs, et ont bénéficié d’une visite guidée assurée par l’équipe de production.

Intérêt économique régional

Le site deviendra à terme l’un des plus grands plans d’eau artif iciel d’Europe. Il pourrait abriter dans les prochaines années une base de loisirs. Il s’intègre dans un environnement naturel unique. La carrière Oscar- Savreux compte 55 salariés, qui vivent en grande majorité près du Crotoy. Ils exploitent la carrière et assurent le transport de matériaux. L’activité a débuté en 1952. Ce gisement d’intérêt économique régional est composé d’alternances de bancs de galets de silex mélangés à du sable déposés par la mer. Il a pour origine l’érosion des falaises de craies normando-picardes.

C’est le seul gisement au monde composé de plus de 98 % de de silice. Le galet de silex du Crotoy présente des qualités de grande pureté et l’extrême dureté à l’abrasion, lui permettant de répondre à tout type de chantier : maisons individuelles, ouvrages collectifs, réfection des routes, réalisations de grandes infrastructures et ouvrages d’art. Le gisement est également exploité par Eurarco et Samog.

Gestion environnementale

Les visiteurs ont pu découvrir lors des portes ouvertes le site de 120 hectares.
Les visiteurs ont pu découvrir lors des portes ouvertes le site de 120 hectares.

« Le gisement est exceptionnel, affirme Olivier Lecoeur, directeur d’exploitation. Il mesure 4 km de long sur un de large. Chaque année, 750 000 tonnes de matériaux sont prélevés. Ce qui représente 10 M€ de chiffres d’affaires. Pour nous, il était important d’ouvrir car les carrières ont toujours une image péjorative auprès du grand public. Or, nous avons évolué. Le site bénéficie d’une vraie gestion environnementale. » D’ailleurs, il est certifié ISO 14001. Il est aussi engagé dans la charte environnement des industries de carrières : « Maintenant, le saccage est terminé, assure Olivier Lecoeur. Nous utilisons des outils modernes. Nos matériels flottants fonctionnent avec des huiles biologiques qui ne sont pas dangereuses en cas de fuite. »
Les matériaux sont prélevés à l’aide des deux dragues flottantes à benne preneuse, surnommées Augustine et Oscar, en hommage aux créateurs du site. Ils sont ensuite déposés sur des convoyeurs à bande de 3 km. Ils sont stockés en tas selon leur matière et leur grosseur. Certains prennent la direction de l’usine de criblage et broyage. Six personnes trient les galets à la main. Les principaux départements livrés sont : la Somme, le Pas-de-Calais, la Seine-Maritime, Oscar-Savreux mais aussi jusqu’en région parisienne. Le site a une autorisation d’exploiter jusqu’en 2031, avec une possible expansion vers l’Est : « Dans vingtcinq ans, il faudra trouver d’autres sites, révèle Olivier Lecoeur. Nous n’avons pas le choix. Il nous faut travailler là où la nature a posé le gisement. Je défends une ressource de proximité. Nous avons besoin de ces ressources pour construire nos écoles, entretenir nos routes, fabriquer des pneus, fabriquer du dentifrice… Nos matériaux entrent dans la composition du béton utilisé pour construire le futur CHU d’Amiens. Ma seule politique est de créer des emplois. C’est pourquoi nous allons demander à la commune de pouvoir exploiter une bande de 200 mètres par 700. En échange, nous rétrocéderons une partie du plan d’eau pour faire une base de loisirs. »