Le CICE en question à l’AG de la CGPME Somme

L’assemblée générale de la CGPME de la Somme a été l’occasion pour son président, Sébastien Horemans, de faire le point sur la situation des TPE/PME. Et d’accueillir le président régional de l’ordre des expertscomptables pour évoquer le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE).

521
Eric Vandeportal a présenté les principales caratéristiques du CICE aux membres de la CGPME Somme.
Eric Vandeportal a présenté les principales caratéristiques du CICE aux membres de la CGPME Somme.

 

Eric Vandeportal a présenté les principales caratéristiques du CICE aux membres de la CGPME Somme.
Eric Vandeportal a présenté les principales caratéristiques du CICE aux membres de la CGPME Somme.

Les adhérents de la CGPME Somme étaient réunis au Petit- Chateau de Lamotte-Brebière le 13 juin à l’occasion de leur assemblée générale. Cette réunion était l’occasion pour son président, Sébastien Horemans, de revenir sur l’année 2012 avec la présentation des rapports moral et financier. « Nous avons été sélectionné par le CGPME nationale comme étant l’une des plus dynamique de France », déclare-t-il à ses adhérents. Sébastien Horemans a fait part de son projet de créer une nouvelle commission. La CGPME Somme compte déjà cinq commissions : communication, innovation, développement durable, mandat et finances. Cette sixième commission aurait pour but « d’engager des rapprochement de TPE et PME, explique-t-il. Ça peut se faire sous forme associative, coopérative ou sous la forme de prêt de main d’oeuvre. Je suis à la recherche d’un responsable pour cette commission rapprochement ».

Situation économique
Le président de la CGPME Somme a fait le point sur la situation économique et politique des TPE et PME. « Il est plus important que jamais d’être à vos cotés pour pallier cette situation économie peu évidente », affirme-t-il. S’il fait part d’évolution positive comme la fin de la notation 0,40, qui empêche de donner une deuxième chance à un créateur d’entreprise, il regrette une situation bancaire plus tendue. Le président de la CGPME Somme espère d’ailleurs que « bpifrance pourra apporter de nouvelles solutions ». Il évoque également les auto-entrepreneurs, dont une limitation devait être annoncée pour certaines professions, rappelant au passage que la CGPME a fait part des « préoccupations des chefs d’entreprises qui doivent gérer cette concurrence qui peut avoir un dimension déloyale ».
Sébastien Horemans a déclaré également espérer réussir à « mettre en place un partenariat efficace » avec le conseil régional de l’ordre des expertscomptables Picardie Ardennes. Son président, Eric Vandeportal, était d’ailleurs présent pour évoquer le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), lancé il y a six mois par le gouvernement.

Préfinancement
Le CICE s’adresse aux entreprises « soumises à l’IR (impôt sur le revenu) ou l’IS (impôt sur les sociétés), sous un régime réel d’imposition, y compris celles qui ne paient pas d’impôts. C’est calculé sur la base des rémunérations versées dans la limite de 2,5 fois le SMIC ». Eric Vandeportal a présenté les différents champs d’applications, comme les dépenses et les salariés concernés. « Le CICE sera un imprimé fiscal sur l’année 2013 », poursuit-il. Il rappelle que le crédit sera reversé en 2014, mais il est possible d’obtenir des préfinancement auprès des banques, ou d’Oséo (qui va devenir bpifrance financement) pour bénéficier de la somme dès 2013. « Ça fait un peu usine à gaz, prévient cependant Eric Vandeportal, qui rappellent que les préfinancement ont aussi un coût avec les frais de dossiers, les taux et les commissions d’engagements. Il y a quelques banques qui m’ont dit qu’elles n’étaient pas très favorable à la cession de créance. C’est trop compliqué ». Pour aider les chefs d’entreprises à mieux s’y retrouver avec le CICE, le conseil supérieurs de l’ordre des experts-comptables a réservé tout une partie sur ce crédit d’impôt sur son site www.conseil-sup-services.com.