Lancement de Bpifrance en Picardie

Regroupant Oséo, le FSI, de FSI Régions et CDC Entreprises, bpifrance est aujourd’hui une réalité en région. Il comptera notamment un comité d’orientation régional, présidé par le président du conseil régional.

526
Nicolas Dufourcq, directeur général de bpifrance lors de son passage à Amiens.
Nicolas Dufourcq, directeur général de bpifrance lors de son passage à Amiens.

 

Nicolas Dufourcq, directeur général de bpifrance lors de son passage à Amiens.
Nicolas Dufourcq, directeur général de bpifrance lors de son passage à Amiens.

Vous êtes ici chez vous ». C’est ainsi que s’est adressé Christophe Langlet, directeur régional de bpifrance en Picardie le 11 juin aux entreprises présentes lors du lancement de la nouvelle banque publique d’investissement dans la région « Vous attendez proximité, simplicité, optimisme et volonté. Il y a ici une équipe formidable que je suis très fier de représenter », ajoute-t-il. BPIfrance est la réalisation d’un engagement du Président de la République, François Hollande. Elle regroupe au sein d’une même entitée les services d’Oséo, du Fonds stratégique d’investissement (FSI), de FSI Régions et de CDC Entreprises. Bpifrance est dirigée par Nicolas Dufourcq, directeur général, qui était à Amiens pour le lancement en Picardie, en présence de plusieurs chefs d’entreprises, de responsables économiques, du président du conseil régional, Claude Gewerc et du préfet de région, Jean-François Cordet. Nicolas Dufourcq souhaite « une banque solaire, qui soit tournée vers l’optimisme », faisant ainsi référence à la couleur jaune, fortement présente dans la charte graphique de bpifrance. « Nous le faisons avec optimisme parce que nous sommes convaincu de le faire ». La banque publique d’investissement est composée de bpifrance financement et de bpifrance investissement. La première reprend l’ensemble des activités d’Oséo, qui avait mobilisé en 2012 592 M€ de f inancements pour les entreprises en Picardie. Des financement pour l’innovation, mais aussi sous forme de prêts garantis ou de créances. La seconde est issue des activités du FSI, de FSI Régions et de CDC Entreprises et sera chargé du financement en fonds propres, ou quasi-fonds propres des entreprises. En Picardie, ce sont 14 entreprises qui ont été soutenus directement par ces acteurs pour un montant total d’investissement de 11,6 M€. Elle compte aussi bpifrance export, issue d’un partenariat avec Ubifrance et la Coface. Grâce à ses 22 directions régionales, ce sont 90 % des décisions de financement qui seront prises en région.
Parmi les outils de bpifrance, Nicolas Dufourcq évoque le préfinancement du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), lancé fin 2012. Fin mai 2013, ce sont 3 000 dossiers qui étaient en cours en France, pour 500 M€. Et il semble y avoir un engomment, notamment en Picardie, où une semaine avant cette soirée de lancement, la région comptait 10 dossiers, contre 60 le 11 juin. « La communication que nous avons fait auprès des entreprises commence à porter ses fruits », affirme Christophe Langlet. Bpifrance a créé aussi un fonds de garantie de 500 M€ pour les entreprises qui ont des difficultés de trésorerie, renouvelé l’offre de financement long terme « mezzanine » pour l’investissement des PME (600 M€). Sur l’innovation, elle préfinance à 80 % le crédit impôt recherche (CIR) et a lancé un prêt pour l’innovation (PPI). Et elle a mis en place une enveloppe de 150 M€ destinée aux fonds qui soutiennent les entreprises à l’export. Les conseils régionaux sont intégrés dans chaque bpifrance en région au sein d’un comité d’orientation régional (CRO), présidé par le président du conseil régional. En Picardie, il sera donc présidé par Claude Gewerc. « La mission du CRO est au fond de participer à la construction d’une doctrine régionale, estime le président du conseil régional de Picardie. C’est une responsabilité importante si on veut que bpifrance intervienne en aiguillon du financement des entreprises. L’objectif est en effet de mieux éclairer les risques par une meilleure connaissance du tissu économique comme des enjeux sur les filières stratégiques. Je pense que nous l’avons montré ici, la Région est un niveau privilégié pour la construire entre acteurs publics et privés. » Claude Gewerc a notamment rappellé que la Picardie a été l’une des première région à se doter d’une société capital risque avec Picardie Investissement, aujourd’hui « actionnaires de 60 entreprises régionales ».