Cent postes bientôt créés pour le Jeu de Paume

Le chantier du centre commercial du Jeu-de-Paume à Beauvais devrait démarrer en septembre : au total, 500 personnes seront mobilisées, dont une centaine de nouveaux emplois. Les recrutements ont été lancés fin mai lors d’une présentation intitulée “En route vers l’emploi”.

838
Jean-Philippe Mouton du groupe Hammerson, Caroline Cayeux et le directeur général de Sogea Picardie Eric Monnier prévoient la création de 100 postes sur le chantier du centre commercial du Jeu-de-Paume.
Jean-Philippe Mouton du groupe Hammerson, Caroline Cayeux et le directeur général de Sogea Picardie Eric Monnier prévoient la création de 100 postes sur le chantier du centre commercial du Jeu-de-Paume.

 

Jean-Philippe Mouton du groupe Hammerson, Caroline Cayeux et le directeur général de Sogea Picardie Eric Monnier prévoient la création de 100 postes sur le chantier du centre commercial du Jeu-de-Paume.
Jean-Philippe Mouton du groupe Hammerson, Caroline Cayeux et le directeur général de Sogea Picardie Eric Monnier prévoient la création de 100 postes sur le chantier du centre commercial du Jeu-de-Paume.

Par les temps qui courent, cent emplois créés, ça ne se refuse pas : c’est ce qui va se produire à Beauvais avec le démarrage du chantier du centre commercial du Jeu-de- Paume prévu en septembre. Pour ériger ce paquebot de 19 000 m² comprenant une quarantaine de logements, quatrevingt boutiques et 900 places de stationnement, le maître d’ouvrage Sogea Picardie sollicitera les entreprises locales du bâtiment : « Au total, 500 professionnels interviendront sur le chantier pendant environ deux ans », estime Eric Monnier, directeur général de la filiale du groupe Vinci. Une opération qui non seulement consolidera les postes actuellement pourvus, mais qui nécessitera aussi le recrutement d’une centaine de personnels en renfort. La ville de Beauvais, le promoteur Hammerson et le constructeur Sogea Picardie ont organisé dans les salons de l’hôtel de ville une rencontre avec les futures recrues : plus de 500 candidats se pressaient autour du stand de la Maison de l’emploi et de la formation du Grand Beauvaisis qui coordonnera la campagne de recrutement, voire de formations pour répondre aux besoins. Tous corps de métiers
« Ce chantier est emblématique pour le développement de Beauvais, le plus important chantier en Picardie depuis vingt-cinq ans », poursuivait Eric Monnier, dont l’entreprise est aussi chargée de la reconstruction du Pont de Paris. « Il fera appel à bon nombre de compétences, dans les métiers du bâtiment : des métiers parfois durs, soumis aux conditions météo, mais des métiers de passion, de rencontres, d’aventures », plaidaitil. Pour ce chantier de 53 M€, « long et compliqué techniquement », tous les corps de métiers seront mobilisés, terrassement, fondations, clos couvert et corps d’état secondaires, « nous recherchons plusieurs types de publics : des jeunes en contrat d’alternance ou d’apprentissage, des professionnels du bâtiment en recherche d’emploi, ou des personnes souhaitant découvrir le BTP, en contrats d’insertion ou par le dispositif Préparation opérationnelle à l’emploi (POE) de Pôle Emploi », détaillait Eric Monnier.

Mobilisation générale
« Le centre commercial du Jeu-de- Paume est un projet qui fédère tous les acteurs économiques du territoire, Pôle emploi, la Maison de l’emploi et de la formation, la fédération française du bâtiment de l’Oise, la chambre de métiers et de l’artisanat, la chambre de commerce et d’industrie… », énumérait le sénateur-maire Caroline Cayeux, également présidente de l’agglo dont le service économique est aussi investi. « Au nom des entreprises de l’Oise et de leurs futurs salariés », le président de la CCI Philippe Enjolras tenait à remercier l’élue de ce projet, comme de celui du futur théâtre, « des démarches dont nous avons bien besoin dans la conjoncture actuelle, soulignait-il. Mais au-delà des emplois créés par le chantier, il y a aussi tous les postes qui seront générés par l’exploitation du centre, estimés à 600 salariés que nous contribuerons à former, et une dynamisation du commerce de centre-ville dont nous ne pouvons que nous réjouir », complétait le président consulaire. Pour l’heure, 500 emplois sur le chantier proposés à la main d’oeuvre locale, c’est déjà une première étape d’importance…