Un PPRT pour Ajinomoto Foods Europe

La sous-préfecture de Péronne présentera au début du mois de juin aux habitants de Nesle et de Mesnil- Saint-Nicaise le Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) élaboré pour l’usine Ajinomoto Foods Europe. Le sous-préfet de Péronne, Joël Dubreuil, l’a présenté à la presse au sein même de l’usine Ajinomoto Foods Europe et en présence du directeur du site.

Le site d'Ajinomoto est classé Seveso seuil haut.
Le site d'Ajinomoto est classé Seveso seuil haut.

 

Le site d'Ajinomoto est classé Seveso seuil haut.
Le site d'Ajinomoto est classé Seveso seuil haut.

Ajinomoto Foods Europe est présent à Mesnil-Saint-Nicaise depuis 2003, date à laquelle l’entreprise japonaise, acteur majeur de l’agroalimentaire, a racheté l’usine Orsan. Le site est classé Seveso seuil haut parce qu’il stocke de l’ammoniac. « L’ammoniac est un produit très toxique qui a des conséquences d’irritation sur les voies respiratoires, et des conséquences mortelles à haute dose », explique Joël Dubreuil. Un sujet pris très au sérieux par l’entreprise qui est certifiée OHSAS 18 000. Une certification qui assure qu’un système de management de la santé et la sécurité au travail a été mis en place. Elle a investi 1,5 M€ entre 2003 et 2012 pour renforcer la sécurité. Elle est auditée également plusieurs fois par différents organismes dont la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) Picardie une fois par an. L’usine a également un Plan d’opération interne (POI). « Nous avons six exercices POI par an, dont un ou deux avec la participation des pompiers », précise Thibault de Jonchay, directeur de l’usine de Mesnil- Saint-Nicaise.

Zones
L’élaboration du plan de prévention des risques technologiques pour l’usine Ajinomoto Foods Europe a été prescrit par un arrêté du préfet de Picardie du 13 avril 2012. Un périmètre de 1,3 kilomètre a été déterminé en cas de fuite d’ammoniac. « Pour se protéger, il y a une seule solution : le confinement, affirme le souspréfet de Péronne. Plus on se rapproche de l’entreprise et plus les recommandation sont importantes ». Le confinement doit se faire dans une pièce qui a la capacité de garantir une protection pendant une durée de deux heures. Plusieurs réunions ont été organisées avec l’entreprise, les usines voisines, les élus et certains services de l’Etat. Elles ont permis de déterminer différentes zones. Si les zones rouges et bleu foncé concernent l’usine, les zones bleu clair et vertes comprennent les communes de Nesle et Mesnil-Saint-Nicaise. Dans les zones vertes, le risque est faible. Il a une recommandation d’un local de confinement pour les constructions existantes et une prescription pour les futures constructions. Dans les zones bleu clair, le risque est considéré comme moyen. Il y a cette fois prescription d’un local de confinement pour les constructions existantes, et interdiction pour les constructions futures. Pour les activités économiques existantes, il y a la possibilité d’extension, et prescription d’un local de confinement pour les activités économiques futures.