Les entrepreneurs saint-quentinois surfent sur le réseau

Déjà bien présent au niveau national, le réseau BNI est désormais présent dans l’Aisne à Saint-Quentin. Un groupe d’une trentaine de chefs d’entreprises s’est créé afin d’organiser avec méthode la recommandation d’affaires. Le groupe BNI Saint-Quentin d’Isle a déjà réalisé plusieurs dizaines de milliers d’euros.

523
Plus de 250 chefs d’entreprise se sont retrouvés pour la création du groupe.
Plus de 250 chefs d’entreprise se sont retrouvés pour la création du groupe.

 

Plus de 250 chefs d’entreprise se sont retrouvés pour la création du groupe.
Plus de 250 chefs d’entreprise se sont retrouvés pour la création du groupe.

Le réseau, le bouche à oreille ou la recommandation sont des éléments naturels pour de nombreux chefs d’entreprise afin de parfaire leur chiffre d’affaires en gagnant de nouveaux clients. Ces contacts se font bien souvent naturellement. « Nous le faisons tous de manière amateur », souligne Patrice Sebaoun, patron de l’entreprise Telasec et l’un des quatre membres fondateurs du groupe BNI de Saint-Quentin. Le 3 avril, le lancement officiel de ce groupement a eu lieu devant plus de 250 chefs d’entreprise de l’Aisne, de la Picardie et de la région Champagne-Ardennes. Le réseau Business permet de donner un cadre à cette mise en réseau. « La force de BNI, c’est sa méthode », insiste-t-il.

70 000 € de chiffre d’affaires généré
Cette méthode l’a d’ailleurs séduit lors d’une première découverte du réseau BNI à Reims en 2012. Presque aussitôt, il a décidé de se lancer dans l’aventure avec trois autres entrepreneurs du saint-quentinois. « Nous nous sommes rendus à Paris pour une réunion d’informations au mois de novembre. Nous avons commencé à réfléchir et la première réunion de recrutement a eu lieu au mois de janvier », poursuit-il. Là encore, tout s’est fait dans le respect de la méthodologie BNI. Le travail est ainsi réparti entre chacun. Chaque réunion dure une heure et demie et se déroule le mercredi matin de 7 h 30 à 9 heures. Elle suit une feuille de route avec un invité qui vient présenter son métier. Chaque affaire amené par une recommandation est également notée ce qui permet d’évaluer la force du réseau. En l’espace de quelques semaines, le réseau BNI de Saint-Quentin a permis d’échanger quelques 70 000 € grâce aux différentes recommandations entre chaque partenaire. Ils sont aujourd’hui une trentaine chacun dans un métier différent.
« C’est un démarrage plutôt sympathique », remarque-t-il. La force de BNI réside dans la capacité de tous à générer du business à l’intérieur du réseau ainsi créé. « Tout est mis en place pour faire des affaires. Il y a une notion de présence hebdomadaire qui fait la force de la réussite. Quelqu’un qui vient toutes les semaines sera quelqu’un que nous connaîtrons d’autant mieux », ajoute-t-il. Si la règle est de fournir un maximum de recommandations, tout se fait dans les règles. Audelà des réunions où chacun présente chaque semaine ce qu’il a fait ou les recommandations qu’il a permis de glaner, des formations et des ateliers sont aussi organisés pour faire en sorte que chacun génère plus de business à l’intérieur du groupe. Ce qui a aussi séduit Patrice Sebaoun, c’est l’aventure humaine en pleine création. Lui qui n’a jamais été dans aucun club d’entrepreneurs, est largement séduit par l’aspect communautaire très fort qui se dégage des réunions. Désormais, si une trentaine de métiers sont représentés, Patrice Sebaoun cherche à diversifier son groupe afin d’étendre la réussite du réseau nouvellement créé.