Enrayer la précarité énergétique, une priorité locale et nationale

Une personne sur cinq est en situation de précarité énergétique en Picardie. Pour faire émerger des propositions et des solutions, le conseil général de la Somme a organisé une journée-débat sur ce sujet dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, en présence de la ministre de l’écologie, Delphine Batho.

369
La journée débat a réuni médecins, sociologues, élus, mais également travailleurs sociaux autour de l’épineuse question de la précarité énergétique.
La journée débat a réuni médecins, sociologues, élus, mais également travailleurs sociaux autour de l’épineuse question de la précarité énergétique.

 

La journée débat a réuni médecins, sociologues, élus, mais également travailleurs sociaux autour de l’épineuse question de la précarité énergétique.
La journée débat a réuni médecins, sociologues, élus, mais également travailleurs sociaux autour de l’épineuse question de la précarité énergétique.

En septembre 2013, le gouvernement présentera un projet de loi sur la programmation énergétique. Celle-ci sera le fruit d’une réflexion nationale sur la transition énergétique. Après une période consacrée à l’information relative à cette transition, des débats ont donc été organisés en région, avec pour objectif de faire émerger des axes de réflexion. Des recommandations seront ensuite remises à Delphine Batho en juillet. Le conseil général de la Somme a souhaité axer sa contribution au projet autour de la précarité énergétique, une réalité dans la Somme et en Picardie. Les acteurs départementaux oeuvrent pour que les questions de la maitrise des coûts de l’énergie et son accès pour les foyers précaires s’inscrivent durablement dans le débat national. « Nous voulons être acteurs de la transition énergétique afin qu’elle n’aggrave pas l’exclusion » a ainsi affirmé Christian Manable, président du conseil général de la Somme lors de l’ouverture du colloque.

Définir la précarité énergétique
La précarité énergétique désigne l’ensemble des foyers qui n’ont pas ou peu accès à l’énergie nécessaire au sein de leur logement pour couvrir les besoins de la vie quotidienne. Soit à cause du prix de ces énergies ou de l’insalubrité de l’habitat. Dans la Somme on dénombre environ 28 000 foyers (20 %) dans cette situation, un pourcentage bien au-dessus de la moyenne nationale (14 %). En plus de ces carences matérielles, la précarité énergétique est responsable de nombreux troubles respiratoires, de maladies infectieuses et de surmortalité. Si les solutions miracles n’existent pas, un certain nombre d’initiatives ont été mises en place pour réduire au maximum le nombre de foyers atteints par la précarité énergétique. Des actions simples avec des ateliers de sensibilisation comprenant des informations sur les tarifs sociaux, un rappel des « éco-gestes » avec les heures creuses, le niveau de consommation des différents appareils… D’après le conseil général, 1 280 personnes ont participé aux ateliers en 2012. Seuls 20 % n’appliquent pas les conseils en matière de maîtrise des dépenses d’énergie. Des actions très concrètes ont également été menées, grâce notamment au Fonds de solidarité logement, pour les foyers incapables de régler les factures d’énergie et d’eau. En 2012, plus de 2 000 personnes ont été aidées. Le conseil général a également lancé le programme « Habiter mieux » avec un accompagnement pour les propriétaires modestes dans une démarche de rénovation thermique. Au niveau national, le gouvernement mise sur la réhabilitation de 500 000 logements par an. « On sait que c’est compliqué, mais les objectifs doivent se mettre à la hauteur des enjeux » a déclaré Bertrand Lapostolet de la Fondation Abbé Pierre, « grand témoin » du colloque.

Justice sociale
Delphine Batho, ministre de l’écologie a clôturé la matinée de réflexion en rappelant qu’« éradiquer la précarité énergétique est un combat pour la justice sociale ». Elle a ensuite annoncé l’extension des tarifs sociaux à 8 millions de personnes, mais également souligné l’importance des aides et incitations financières mises en place pour mobiliser et encourager les propriétaires et bailleurs à entreprendre des travaux de rénovation.
Retrouvez la visite de la ministre en images p23