AmStram est sur la bonne voie

Du 6 mai au 28 juin, Amiens Métropole organise une concertation autour du projet de tramway. Objectif ? Favoriser la discussion et informer la population sur AmStram, programmé pour 2019.

412
La ville a opté pour un tracé de 10,5 km allant du nord au sud-ouest, mais des variantes restent à affiner.
La ville a opté pour un tracé de 10,5 km allant du nord au sud-ouest, mais des variantes restent à affiner.

 

La ville a opté pour un tracé de 10,5 km allant du nord au sud-ouest, mais des variantes restent à affiner.
La ville a opté pour un tracé de 10,5 km allant du nord au sud-ouest, mais des variantes restent à affiner.

Le 18 décembre, les élus votaient en faveur du tramway. « Après une étude approfondie des différents modes lourds de transport, le tramway s’est imposé comme le plus approprié aux caractéristiques d’Amiens Métropole », explique Thierry Bonté, vice-président d’Amiens Métropole en charge des transports. Cinq mois plus tard, alors que le projet se précise, la ville souhaite inclure la population dans le processus décisionnel. Du 6 au 28 mai, elle invite donc toutes les personnes intéressées et concernées à participer à des débats pour faire avancer le projet. « Durant cette phase de concertation, chacun peut s’exprimer », poursuit l’élu.

Peaufiner le tracé

L’essentiel des discussions devrait porter sur le tracé d’AmStram. Après plusieurs études, la ville a opté pour un itinéraire de 10,5 km, reliant le nord au sud-ouest, en passant par la gare. « Il a fallu tenir compte des contraintes techniques et de la situation démographique pour tracer la colonne vertébrale du tramway. Mais aux deux extrémités de la ligne, ainsi qu’en son milieu, des variantes sont encore à affiner ». Au nord, deux variantes sont ainsi à l’étude. La première prévoit une bifurcation par l’est, en passant Marivaux, quartier densément peuplé. La deuxième permettrait de tirer un trait vers le nord, où Thierry Bonté espère voir se développer de nouvelles activités : « C’est un pari sur l’avenir ! » Au sud, la ville se demande s’il est plus judicieux de desservir l’hôpital par l’est ou par le nord. « Il faut en discuter. Si l’on passe par le nord, il faudrait mordre sur le parking de l’hôpital. L’autre interrogation dans cette zone, c’est le passage par l’IUT et le CNAM car les rues sont en pente. On peut donc y faire circuler le tramway mais pas le faire stationner. » Dans le centreville, la question du passage d’AmStram par la rue Saint- Leu reste à l’étude : « C’est un axe important qui permet de faire la jonction entre le centre-ville et la Citadelle. Y faire passer le tramway n’est pas impossible mais les difficultés sont nombreuses. »

Limiter les emprunts

La phase de concertation sera aussi l’occasion de rassurer la population sur le financement du projet. Jacques Lessard, adjoint au maire, l’assure : « Il n’y aura pas d’augmentation d’impôt pour les ménages. C’est un projet qui doit s’autofinancer ». Pour financer les 200 millions d’euros que coûtera AmStram, Jacques Lessard précise que la ville bénéficiera d’une aide extérieure à hauteur de 25%. Elle se dotera également d’une provision de 15 à 16 millions d’euros « pour limiter le recours à l’emprunt, ce qui permettra de faire avancer d’autres projets sportifs ou culturels, par exemple. »