Le pôle d’échange multimodal changera la face de la gare

La ville de Noyon a décidé de faire les choses en grand. Un pôle dédié aux voies douces et aux transports en commun a été décidé par la municipalité. Ce projet de deux millions d’euros doit voir les travaux démarrer au mois de mars prochain et s’étaler sur toute l’année 2013.

413
Les travaux débuteront dès mars prochain pour s’achever en fin d’année 2013.
Les travaux débuteront dès mars prochain pour s’achever en fin d’année 2013.

 

Les travaux débuteront dès mars prochain pour s’achever en fin d’année 2013.
Les travaux débuteront dès mars prochain pour s’achever en fin d’année 2013.

Les travaux se déroulent sur un site compliqué. Les abords de la gare ferroviaire ne sont pas faciles à aménager. Surtout lorsqu’il s’agit de créer des places de parking supplémentaires destinées à satisfaire les quelque 2 000 usagers qui l’empruntent chaque jour. Tout se poursuit selon le calendrier dressé par la ville. Le pôle d’échange multimodal va bientôt naître. Les habitants ont pu voir les premiers travaux se réaliser. Des fouilles archéologiques sont en cours devant l’entrée de la gare et sur l’avenue qui mène à son entrée. « L’attribution des travaux se fait au début du mois de janvier. Ils débuteront en mars. Il faudra gérer le flux de voyageurs et les transports en commun », estime Xavier Robiche, adjoint en charge des transports à la commune de Noyon. Une année de travail sera nécessaire avant que ce projet ne soit terminé.

Un projet construit en concertation
La volonté des élus est d’aller plus loin que le simple réaménagement de la gare et de ses abords, en l’entourant de parkings pour les travailleurs se rendant en région parisienne. « Il s’agit surtout de faciliter tous les abords de la gare. Il fallait réorganiser les transports en commun et les rendre plus visibles », explique l’élu qui sait qu’il y a déjà de nombreuses places de parking dans la ville, mais bien souvent assez éloignées de la gare. Ce projet a aussi pour but de faciliter les transports en commun et les voies douces. Les bus de la ville de Noyon, les taxis, le transport à la demande de la communauté de communes du pays noyonnais et les bus du conseil général de l’Oise bénéficieront d’un accès simplifié à la gare. Si le projet datait du pacte d’avenir présenté par le candidat Patrick Deguise à la mairie de Noyon en 2008, « il fallait construire un projet en concertation » souligne l’adjoint. Les abords de la gare sont des propriétés de RFF ou de la SNCF. Au total, près d’une quarantaine de personnes se sont retrouvées autour de la table, puisque le conseil général et le conseil régional, ainsi que le syndicat mixte des transports en commun de l’Oise (SMTCO) se sont retrouvés impliqués dans cette innovation de près de deux millions d’euros.

Favoriser les voies douces
Le projet va s’articuler autour d’une première gare routière pour les bus du conseil général sur l’avenue menant directement à la gare. Le parking déjà existant, situé sur le parc, va être agrandi et pourra accueillir 75 voitures. Une espace d’accueil pour le covoiturage est prévu sur une partie de ce nouveau parking ainsi qu’un espace pour le TAD, et une piste cyclable doit mener jusqu’à la gare. Favoriser les liaisons douces et les transports en commun, tel est l’objectif de la commune de Noyon. Un second parking de 120 places va aussi être aménagé avec une autre gare routière pour les bus de la ville. Quant à la gare, le parvis va être réaménagé. Une voie dépose-minute, trois places de taxi et quatre places déposeminute sont aussi prévues. Pour le reste des pistes cyclables, « nous les grefferons au fur et à mesure », assure l’élu. D’ores et déjà, pour les autres projets de voirie, la mairie a choisi de favoriser les voies douces et la création de pistes cyclables. « Le but est de les relier à la Trans’Oise », la voie verte de 26 km que le conseil général a fait venir jusqu’à Noyon.
Pour que les cyclistes soient totalement satisfaits, un parking pour deux-roues est prévu dans l’ancienne lampisterie. Une trentaine de vélos et quelques scooters pourront y être stockés. A terme, la ville souhaite y installer un artisan pour effectuer des réparations sur les cycles. Tout cela concorde avec le projet de rénovation de RFF et SNCF de la gare de la commune. « D’ici 2015, nous aurons une gare différente », soutient l’élu. Un plus pour l’attractivité de la ville.