Découverte de la plate-forme de télémédecine Comedi-e

Lancée conjointement il y a un an en Picardie par Polycom, leader mondial en matière de visioconférence, et par le groupement de coordination sanitaire (GCS), la plate-forme coopération médicale innovante (Comedi) permet des échanges collaboratifs entre les structures de santé.

458
La plateforme de téléconsultation picarde poursuivra son développement jusqu’en 2015.
La plateforme de téléconsultation picarde poursuivra son développement jusqu’en 2015.

 

La plateforme de téléconsultation picarde poursuivra son développement jusqu’en 2015.
La plateforme de téléconsultation picarde poursuivra son développement jusqu’en 2015.

La région Picardie est confrontée à deux problèmes majeurs : d’un côté l’insuffisance de médecins et de structures médicales dans les zones rurales, les équipes médicales complètes se concentrant à Amiens ; de l’autre le besoin de plus en plus prégnant de professionnels de santé pour une population vieillissante. Pour pallier ce problème, le CGS Picardie, avec l’appui de l’agence régionale de santé (ARS), a développé une plate-forme de télémédecine, accompagnant ainsi la modernisation des infrastructures technologiques dans le secteur médical. La télémédecine se veut un outil pratique, utilisé au quotidien pour établir des diagnostics, des traitements mais aussi pour accompagner des actes médicaux par le biais de la vidéo. La plate-forme a été réalisée par des professionnels de santé afin de répondre à toutes leurs attentes et leurs besoins.

Enjeux et objectifs
Aujourd’hui, la plate-forme de télémédecine regroupe trois « actes » : la téléconsultation, (avec l’aide d’une personne formée à la vidéoconférence : les patients consultent un spécialiste sans se déplacer), la téléexpertise (grâce au réseau formé par le dispositif, des médecins peuvent échanger conseils et expériences) et la téléassistance (qui permet aux professionnels médicaux d’aider à distance un autre médecin lors d’un acte médical : cela peut être une échographie par exemple).
Ce dispositif permet d’assurer l’égalité d’accès aux soins, l’optimisation du matériel médical mais aussi des échanges rapides et sécurisés d’informations entre les structures médicales. La possibilité d’accéder à une téléconsultation réduit considérablement les transferts de patients ou le déplacement des médecins, un confort pour chacun mais aussi un moyen d’éviter certaines complications pour les patients confrontés à des hospitalisations longues.
L’objectif est de déployer au maximum cette plate-forme en Picardie d’ici 2015, de faire en sorte que chaque professionnel de santé s’approprie ce nouveau moyen pour en faire un outil stable qui permettra de couvrir le besoin de la région picarde. L’idée est de prendre en charge un millier de patients par mois et d’ouvrir la possibilité d’utilisation au plus grand nombre de disciplines : dermatologie, diabétologie etc.

Téléconsultations
La première téléconsultation en Picardie a eu lieu il y a tout juste un an entre le centre hospitalier de Beauvais et celui de Chaumont-en- Vexin. Une salle de télémédecine est d’abord équipée de trois écrans. Celui du centre permet au médecin d’échanger avec son patient et la personne qui va pratiquer les examens grâce à un système proche de celui de la vidéoconférence. L’écran de gauche permet au médecin et au professionnel de santé accompagnateur de partager des documents, des images mais aussi les instruments biométriques comme le stéthoscope par exemple. Le dernier écran, celui de droite, donne accès au télédossier du patient où toutes les informations et observations le concernant sont conservées.
Ce dispositif est utilisé par exemple dans le cadre du projet AVC. Dans la salle de garde du CHU d’Amiens se trouvent ces trois écrans. De l’autre côté, au Centre hospitalier d’Abbeville, on trouve un chariot mobile qui se déplace selon les besoins, un ordinateur pour le télédossier et un moniteur pour la partie visioconférence.