Un nouveau centre de R&D pour Bostik en 2014

Leader mondial des technologies en matière d’adhésifs et de mastics de haute performance, Bostik intègre un pôle d’excellence de chimie verte en lien avec le projet Pivert, autour d’une dynamique conjointe avec les entreprises, l’UTC, l’Escom et les collectivités.

459
Renza Fresh, maire de Venette, Bernard Pinatel, PDG de Bostik et Philippe Marini, sénateur maire de Compiègne.
Renza Fresh, maire de Venette, Bernard Pinatel, PDG de Bostik et Philippe Marini, sénateur maire de Compiègne.

 

Renza Fresh, maire de Venette, Bernard Pinatel, PDG de Bostik et Philippe Marini, sénateur maire de Compiègne.
Renza Fresh, maire de Venette, Bernard Pinatel, PDG de Bostik et Philippe Marini, sénateur maire de Compiègne.

C’est un investissement de dix millions d’euros, Dans le cadre de sa stratégie de développement fondée sur la différenciation technologique, Bostik réorganise sa recherche et développement (R&D) à l’échelle mondiale, autour de trois centres d’excellence : Milwaukee aux Etats-Unis, Shanghai en Chine et Compiègne. Le nouveau centre sera opérationnel mi-2014. Il accueillera à terme 150 chercheurs dans des locaux de haute qualité environnementale. « La technologie est au coeur de la stratégie de croissance de Bostik, explique Bernard Pinatel, son PDG. Le futur centre de Compiègne aura une double vocation, mondiale et régionale. A l’échelle mondiale, il abritera le centre de recherches amont de nos technologies de pointe et il renforcera notre recherche aval en matière d’innovation produits et d’assistance technique pour nos clients européens. Le choix de Compiègne répond à une double volonté : conserver le potentiel humain du centre R&D actuellement implanté sur le site industriel de Ribécourt dans l’Oise et aussi bénéficier de synergies avec les nombreuses structures d’enseignement et de recherche du Compiégnois. »
Pour mémoire, ce site a également annoncé fin 2011 un investissement de huit millions d’euros dans un nouvel atelier de production d’adhésifs polyester de spécialités, qui se traduira par la création de 15 nouveaux emplois. Bostik, filiale du groupe Total, a réalisé un chiffre d’affaires d’un milliard et demi d’euros en 2011. La société dispose de 50 sites de production et emploie 4 500 collaborateurs répartis dans plus de 40 pays. En 2012, le groupe poursuit sa croissance mondiale avec le démarrage d’une usine en Egypte, l’acquisition du leader brésilien des adhésifs pour carrelage, Fortaleza, ainsi que la création d’un troisième site de production en Chine. L’entreprise souhaite développer ses produits biosourcés. La présence des universitaires permet de poursuivre des collaborations en matière de recherche et constitue pour les entreprises un vivier de recrutement de grande qualité. Des liens existent déjà avec Bostik pour des stages et des recrutements. La présence d’autres centres de R&D dans le Compiégnois, Inergy, Novance et Clariant notamment, est également un argument favorable en vue de projets communs. Dans un contexte économique difficile, la carte de la vitrine technologique et de l’innovation, à 1 heure de Paris et 35 minutes de Roissy, continue de séduire.