Salon 24 heures pour l’emploi : les attentes des exposants

Le 13 novembre se tiendra la 3e édition du salon 24 heures pour l’emploi. A cette occasion, plusieurs exposants, représentants d’entreprise et centres de formation ont livré leurs attentes avant le jour J.

539
Le salon comptera 31 exposants.
Le salon comptera 31 exposants.

 

Le salon comptera 31 exposants.
Le salon comptera 31 exposants.

Le salon, qui se déroulera au cinéma Gaumont de 9 h 30 à 17 h 30 le 13 novembre, permet une approche différente, aussi bien du côté des demandeurs d’emploi que des entreprises. S’il permet aux candidats de centraliser les offres et de rencontrer autrement les entreprises, il offre à celles-ci un contexte différent, moins formel, où la personnalité de chacun sera plus à même de s’exprimer.

Du côté des exposants
Pour Jean-Marc François et Christian Fabre, représentant l’entreprise IAD, ce salon est une grande première. La société, fondée en 2008, s’appuie sur l’expansion constante des nouvelles technologies pour développer la formule immobilier, Internet et marketing réseau. Concrètement, IAD offre un service de transaction immobilière à moindre coût grâce à des agences virtuelles (les mandataires travaillent à domicile), baissant considérablement les frais de gestion. Pour eux, 24 heures pour l’emploi est l’occasion de rencontrer différents types de candidats mais aussi de présenter leur métier.
Présente sur le salon depuis plusieurs années, l’enseigne Decathlon a une nouvelle fois répondu à l’appel, avec des attentes très précises comme l’explique François Sindut, responsable de rayon à Hénin-Beaumont : « Pour la partie production, nous attendons de l’expérience et moi, en tant que chef de rayon, j’attends de la mobilité sur la région Nord-Pas-de- Calais/ Picardie et un master, parce que ce sont des postes qui sont évolutifs, avec des perspectives comme responsable d’exploitation, directeur de magasin. » Pour lui, s’il est important d’être présent, peu de candidats trouvent effectivement un emploi après l’événement. « Pour les magasins, les entretiens fixés n’ont débouché sur rien, mais pour la partie production, ça a été plus intéressant parce que les demandes portent sur des métiers plus manuels. Sur 95 candidats, nous en avons retenu 4. »
Côté formation, pour Emilie Lucas, en charge du recrutement candidats au sein du groupe Cesi alternance, les résultats sont plus concluants : « L’organisme situé à Arras est également en charge de la zone picarde. Ce salon nous permet d’avoir un contact direct avec les personnes en recherche de formation sur Amiens et ses alentours. Généralement nous voyons une quarantaine de personnes dans la journée et au moins la moitié est amenée à faire des démarches avec nous pour ensuite proposer leurs CV à nos clients entreprises. »
Cette année, le groupe proposera l’ensemble de ses formations tout en mettant l’accent sur des secteurs de plus en plus recherchés par les entreprises. « Nous avons les métiers de l’informatique qui se développent beaucoup en Picardie et qui composent une partie très active de notre centre. Nous avons également beaucoup de demandes sur le métier d’animateur qualité sécurité environnement, qui est peu connu mais très recherché par les entreprises, surtout dans le monde de l’industrie. Nous avons vraiment besoin de candidats picards. »

Le salon en chiffres
L’édition 2011 des 24 heures pour l’emploi a attiré plus de 2 600 visiteurs et réunit plus de 30 exposants. A l’issue de cette rencontre, 700 entretiens ont été programmés, un chiffre non négligeable en période de crise.
Cette année, le salon comptera 31 exposants, regroupant des entreprises de plus de dix secteurs, allant de la banque aux travaux publics, ainsi que des centres de formation parmi lesquels Les Compagnons du devoir du tour de France ou encore l’Idrac. Une nouvelle fois, plus de 500 postes seront proposés, sans compter les emplois accessibles après concours comme pour la gendarmerie nationale ou l’armée.