Neuf apprentis profitent d’une nouvelle formation en Picardie

Pour la première fois, la branche chimie de l’Union des industries chimiques Picardie-Champagne-Ardennes a mis en place une session CQF (certificat de qualification professionnelle). Cette formation se déroule au sein de l’entreprise Syral du groupe Tereos. Neuf jeunes vont donc découvrir le monde de l’industrie chimique, durant 18 mois, en apprentissage.

598
Une belle photo de famille avec apprentis, formateurs, tuteurs et responsables du site.
Une belle photo de famille avec apprentis, formateurs, tuteurs et responsables du site.

 

Une belle photo de famille avec apprentis, formateurs, tuteurs et responsables du site.
Une belle photo de famille avec apprentis, formateurs, tuteurs et responsables du site.

Ces neuf jeunes apprentis n’étaient pas les seuls à vouloir profiter de cette première formation en Picardie puisqu’une cinquantaine de personnes avait également postulé dans le but de devenir apprenti au sein de l’entreprise. La sélection s’est faite après avoir passé des tests afin d’évaluer les compétences et motivations des candidats. Sept jeunes seront donc en apprentissage chez Syral et deux autres chez Ajinomoto Foods Europe, usine voisine. L’ambiance était studieuse lors de la première rencontre entre les responsables du site et les neuf apprentis. Le directeur de Tereos Syral, Christophe Nicole, présent pour accueillir les jeunes, a souhaité la bienvenue au groupe et, durant presque une heure, a présenté les valeurs fondamentales de l’entreprise.

Formation et atelier
Cette formation théorique a l’avantage de se trouver sur le même lieu que la formation pratique. Les jeunes ont une semaine de cours et trois semaines en atelier. Les tuteurs, qui suivront les jeunes sur la partie pratique, ont fait visiter les différents secteurs d’activité qui accueilleront les stagiaires. Les jeunes ont ainsi découvert l’amidonnerie, la glucoserie et les secteurs polyols et alcool. Ensuite, chacun a essayé de voir quel domaine lui correspondait le mieux. Esteban, un jeune homme de 22 ans, est tapissier décorateur de formation. N’ayant jamais trouvé de travail dans son métier, il espère pouvoir concrétiser un emploi en fin de formation. Quant à Sandra, 25 ans et bachelière littéraire, la seule fille du groupe, elle a travaillé dans l’industrie agroalimentaire mais n’a jamais trouvé d’emploi stable. A la fin de sa formation, elle espère prouver ses compétences et obtenir un emploi au sein de cette entreprise.

Opérateur, un métier recherché
Daniel Essner, le responsable de l’organisme alsacien de formation Défi (entreprise créée en 2001), a rappelé que ce premier dispositif mis en place en Picardie est une chance pour ces jeunes qui vont découvrir le métier d’opérateur. « Cette formation CQP a l’avantage d’être reconnue au plan national sur de nombreux secteurs de bassins d’emploi. Le métier est très recherché et de nombreux postes sont ouverts avec une réelle opportunité pour les usines de process. Si vous faites ce qu’il faut, il y aura du travail. Cela dépend de vous », a précisé le formateur. Quant au directeur, Christophe Nicole, celui-ci a souligné que l’entreprise aura des possibilités d’embauche dans les mois futurs mais n’a pour autant rien promis. « Etre apprenti, c’est gagnant-gagnant. On investit pour vous former, en contrepartie vous aurez un bon passeport pour la vie active. Vous avez une belle opportunité à saisir durant un an et demi ».