La Coupole démarre bien son activité

Quelques semaines après son ouverture, le restaurant La Coupole a, semble-t-il, trouvé son rythme de croisière. En misant sur une clientèle administrative du midi, Laurence et Anthony Flamand ont su séduire grâce à une formule bistrot et une carte à petits prix. Le bouche à oreille fait le reste.

573
Laurence et Anthony Flamand sont en passe de réussir le pari de faire revivre La Coupole.
Laurence et Anthony Flamand sont en passe de réussir le pari de faire revivre La Coupole.

 

Laurence et Anthony Flamand sont en passe de réussir le pari de faire revivre La Coupole.
Laurence et Anthony Flamand sont en passe de réussir le pari de faire revivre La Coupole.

Le restaurant La Coupole est annexé au cirque Jules-Verne. Ouvert au début du mois de septembre, il affiche un démarrage mieux qu’espéré par les créateurs, Anthony et Laurence Flamand. Au point que l’équipe est désormais composée de six personnes (trois en salle et trois en cuisine), au lieu des cinq prévues initialement. « Nous avons eu un bon démarrage. La clientèle administrative du midi est venue spontanément, mais c’était plus dur le soir. Grâce à la communication et au bouche à oreille, cela va nettement mieux. Il faut dire que le parking est un atout considérable », soutient Anthony Flamand. Ce dernier ainsi que sa femme Laurence s’y connaissent en restauration puisqu’ils ont travaillé à la Brasserie Jules, une institution amiénoise. Laurence Flamand en a même assuré la direction et elle souhaite désormais faire revivre une autre institution à Amiens : La Coupole.

Du rouge et de la chaleur
A travers le bar et le restaurant, sont disposés des couvercles de caisses de vin en bois, des vieilles affiches et des cartes postales. Le décor rouge façon bistrot parisien apporte chaleur, bienêtre et invite à la dégustation. Cela tombe bien car La Coupole propose une ardoise avec une carte de produits frais et de saison qui change régulièrement. Ici, on remet au goût du jour des légumes anciens comme les panais, les topinambours, les potimarrons ou les rutabagas, en les accommodant sous forme de soupes ou de subtils accompagnements. On joue aussi la carte des productions locales. C’est ainsi que l’on a fait appel au boucher-charcutier Géron, de Vignacourt, notamment pour ses pâtés.

Vin au détail et charcuterie

La formule bistrot s’accompagne d’une petite carte bien fournie de vins au verre ou en pots lyonnais, qui peuvent être dégustés simplement ou accompagnés de la très prisée planche de cochonnaille. Celle-ci peut être partagée entre amis à l’apéritif ou en entrée. Les saucissons et pâtés sont servis avec des petits oignons blancs, des cornichons, du pain frais et du beurre.
Devant le succès rencontré par les vins venus du Bordelais, de Bourgogne ou du val de Loire, l’offre sera multipliée par trois en fin d’année.
Pour l’heure, même si on peut se restaurer avant ou après le spectacle, les représentations données au cirque Jules-Verne ne semblent pas apporter une affluence particulière à La Coupole. Mais nul doute que lorsque la réputation de l’établissement sera plus largement répandue, le lieu deviendra incontournable. Le restaurant La Coupole est fermé le lundi soir, le samedi midi et le dimanche toute la journée.