Généralisation des « environnements numériquesde travail » dans les écoles de la Somme

Le syndicat mixte Somme numérique et l’inspection d’académie, partenaires depuis 2007, ont dressé un état des lieux sur l’utilisation des espaces numériques de travail dans les écoles élémentaires de la Somme.

En 2014, la moitié des écoles de la Somme Numérique devraient être équipés de TBI
En 2014, la moitié des écoles de la Somme Numérique devraient être équipés de TBI

 

En 2014, la moitié des écoles de la Somme Numérique devraient être équipés de TBI
En 2014, la moitié des écoles de la Somme Numérique devraient être équipés de TBI

Dès 1997, un plan national a été initié pour l’équipement et la connexion des établissements scolaires, du primaire à l’université. Mais c’est véritablement dans les années 2000 que l’environnement numérique de travail (ENT), un portail de service utilisant une nouvelle approche pédagogique avec des équipements comme les ordinateurs ou des tableaux numériques, a vu le jour. Dans un premier temps réservé au secondaire et aux universités, les ENT ont fait leur entrée dans les écoles élémentaires en partie grâce au Feder, un fonds européen aidant au développement régional.
Jean-François Vasseur, président de Somme numérique, et Claude Legrand, directeur de l’académie de la Somme, ont dressé avec leurs équipes un premier état des lieux de la généralisation et de l’utilisation des ENT dans le département de la Somme, où 80 % des communes participent à l’initiative.

Equipement des écoles
Aujourd’hui, les 237 classes bénéficient du programme de développement des technologies grâce à l’ENT. Les équipements de celles-ci représentent 390 tableaux blancs interactifs, plus de 1 600 ordinateurs portables et 284 ordinateurs fixes à travers le département.
A terme, ces équipements devraient être complétés par un tableau numérique interactif et son ordinateur associé ainsi qu’un ordinateur portable destiné à l’enseignant. Et cela, en plus de l’expérimentation prochaine des tablettes numériques (une tablette par demi-classe).
Côté contenus, ceux-ci sont validés par le Centre régional de documentation pédagogique d’Amiens et l’inspection d’académie. Somme numérique est chargé de rassembler les ressources et de les répartir de façon équitable sur les différentes ENT.
Si les éditeurs « classiques » sont très attentifs aux développements des ENT, une toute nouvelle façon d’apprendre est en train de se mettre en place. Grâce à ces équipements et à leurs connectivités, il est par exemple possible de mettre en relation une école de la Somme avec une école allemande. Une vraie révolution pour l’apprentissage des langues !

Rendre l’école interactive
Somme numérique, qui représente aujourd’hui 561 communes, s’est engagée avec l’inspection d’académie à développer au sein du département de la Somme les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE), un plan décidé par le gouvernement à la fin des années quatre-vingt-dix, dont font partie les ENT. Pour sceller cet accord, une convention lie les deux partenaires jusqu’en 2013. Pour mener à bien ce projet, Somme numérique s’est engagée à grouper les commandes de matériels pour les collectivités qui le souhaitent, assurer le bon fonctionnement des installations, mettre à disposition des ressources pour les enseignants et les élèves et, enfin, assurer le déploiement du réseau fibre optique.
De son côté, l’inspection d’académie se doit d’assurer la formation et l’accompagnement des enseignants en mobilisant des intervenants dans les écoles.
Aujourd’hui, le projet ENT concerne 124 écoles sur le département, soit 6 000 élèves. L’objectif est d’arriver à 50 % de classes équipées en 2014, soit plus de 17 000 élèves de primaire bénéficiaires du projet.

PARTAGER
Article précédentLa VAE, enjeux partagés
Article suivantL’union fait la force