ACI Network : intégrateur de solutions télécom

Voilà comment Grégory Philippon, jeune et dynamique cogérant de la société ACI Network définit son métier. Sur un marché, certes en perpétuelle évolution mais aussi très concurrentiel, il a créé, avec son associé et ami Jean-Marc Collet, une société spécialisée dans la téléphonie d’entreprise, ciblée TPEPME. Aux agences de Saint-Michel-sur- Orge, Paris et Creil, est venue s’ajouter celle d’Amiens, « car Paris c’est bien mais la Picardie, c’est bien aussi », explique-t-il. Rencontre avec un jeune homme ambitieux et courageux.

518
Grégory Philippon répondant aux questions entre deux mails professionnels.
Grégory Philippon répondant aux questions entre deux mails professionnels.

 

Grégory Philippon répondant aux questions entre deux mails professionnels.
Grégory Philippon répondant aux questions entre deux mails professionnels.

Picardie La Gazette : Grégory Philippon, dites-nous en quoi consiste votre travail…
Grégory Philippon : Nous avons constaté des besoins concernant la téléphonie d’entreprise alors nous allons proposer des offres. Dites-nous ce dont vous avez besoin, on se charge de tout, du début à la fin. D’abord, nous proposons des audits afin que les entreprises fassent le point et évitent ainsi les dépenses inutiles. La téléphonie d’entreprise a beaucoup évolué, nous conseillons donc aussi nos clients sur l’installation de leur téléphonie ou de leur standard téléphonique et leur proposons de trouver ensemble les meilleurs solutions et le fournisseur d’accès le mieux adapté en termes de performance, de services et, bien sûr, de prix. Nous les accompagnons également dans toutes les phases de déploiement, d’évolution et de modernisation de leurs infrastructures, systèmes réseaux et sécurité. Sécurité pour laquelle nous proposons également des logiciels adaptés, des packs de vidéosurveillance et télévigilance IP, des sauvegardes, etc. Enfin, sept jours sur sept, 24 heures sur 24 nous restons disponibles pour assurer le dépannage et l’assistance.

Picardie La Gazette : C’est une société nouvelle mais pas un métier nouveau. Qu’est-ce qui vous différencie des autres ?
Grégory Philippon : D’abord, nous reciblons l’offre sur les TPE-PME. Et puis nous nous déplaçons pour écouter les besoins. Un client me disait l’autre jour : « Vous êtes le premier commercial que je vois, les autres me contactent par téléphone. » Nous sommes une entreprise à taille humaine. Notre but est de nous déplacer afin d’écouter les besoins pour apporter une vraie solution. Pourquoi acheter une voiture qui roule à 280 alors qu’on ne peut rouler qu’à 50 ? C’est pareil pour la téléphonie. On a une connaissance du métier assez large, on ne proposera donc pas systématiquement le plus cher ni le plus sophistiqué si cela n’est pas indispensable. Il y a une offre pour chacun et si on ne l’a pas, on cherchera et on la trouvera. Faites-nous confiance et vous verrez, on trouvera les solutions qui vous conviennent et on revient vers vous : voilà notre discours. D’ailleurs, on se doit d’être convaincants, les entreprises qui font appel à nous ont le choix et n’ont pas besoin d’un nouveau client pour vivre, moi si.

Picardie La Gazette : Quelles sont vos ambitions ?
Grégory Philippon : Nous sommes aujourd’hui une dizaine de salariés chez ACI Network, des techniciens, des commerciaux. L’objectif est d’agrandir les équipes commerciales en Picardie. Il y a un réel besoin dans la région et pour nous une réelle envie de nous y implanter. Nous allons aussi proposer de nouvelles offres. Enfin, pourquoi pas, accueillir des apprentis. C’est la chance qui m’avait été donnée.

Picardie la Gazette : Pourquoi avoir choisi de vous lancer dans un marché déjà très concurrentiel ?
Grégory Philippon : Je ne prétends pas être ce que je ne suis pas mais j’ai, comme mon associé, un savoir-faire et une grande connaissance dans les métiers de la télécommunication. Nous sommes, lui et moi, deux techniciens qui travaillions dans la même entreprise et qui avons été licenciés pour motif économique. On a donc décidé de travailler ensemble, autrement, avec un meilleur respect, une relation de confiance et de fidélité des clients. On savait que ce serait très dur, Jean-Marc et moi, mais on n’avait pas envie de changer de métier et pas envie d’avoir de patron. On a avait un projet de création d’entreprise. La téléphonie c’est notre métier, ça a donc été une évidence de travailler ensemble.