Une galerie d’art à Saint-Valery-sur-Somme

Ouverte depuis le mois de juillet, Maznel, galerie d’art contemporain, est installée dans la rue commerçante de la Ferté. Jean-Luc et Roseline Mazeyrat-Nelissen, les instigateurs de ce projet, ont réussi à faire de cette ancienne boutique de fleurs un bel espace qui accueille les oeuvres de 22 artistes d’art contemporain.

876
Roseline et Jean-Luc Mazeyrat-Nelissen (à g.) et Myriam, leur employée.
Roseline et Jean-Luc Mazeyrat-Nelissen (à g.) et Myriam, leur employée.

 

Roseline et Jean-Luc Mazeyrat-Nelissen (à g.) et Myriam, leur employée.
Roseline et Jean-Luc Mazeyrat-Nelissen (à g.) et Myriam, leur employée.

Nous avons conçu la galerie de façon à ce que les visiteurs puissent découvrir les oeuvres comme s’ils faisaient une promenade. Nous proposons une palette large d’expression artistique avec 110 oeuvres exposées », soulignent Jean-Luc et Roselyne. L’histoire de cette galerie a germé pendant de longues années. Amoureux d’art et plus particulièrement d’art contemporain, le couple a, durant son activité professionnelle, visité les foires contemporaines dans le monde entier et en France. Ils notaient déjà les noms des artistes qui les faisaient vibrer. Le projet d’ouvrir une galerie s’est affirmé lorsque Jean-Luc et Roselyne sont tombés amoureux de la baie de Somme et plus particulièrement de Saint-Valery. Un deuxième envol professionnel s’est donc ouvert au couple devenu valéricain, ravi de réaliser un rêve et de commencer une nouvelle activité de passion.

Exposer des artistes que l’on aime
Etant ouvert à toutes formes d’art – peinture, raku, photo, sculpture –, les galeristes sont donc allés voir les artistes qui les avaient touchés afin de pouvoir exposer leurs oeuvres dans la galerie. Le couple a fait le choix d’exposer plus particulièrement des artistes français, parfois de renommée internationale, ainsi que des nouveaux artistes à découvrir. « C’est plus facile d’exposer des oeuvres d’artistes français, de suivre leurs travaux et de tisser des liens. Les visiteurs tombent parfois en arrêt devant une oeuvre et aiment bien avoir des explications. Ils veulent en savoir plus sur l’artiste, sur sa façon de travailler : nous en devenons les ambassadeurs. D’autres visiteurs admirent les oeuvres et nous disent merci en sortant », fait remarquer le couple, ému de la sensibilité et la réceptivité de chacun.

Une galerie n’est pas un musée
En effet, les oeuvres sont présentées de façon ludique et Jean-Luc souligne que l’art est quelque chose de vivant. « La galerie n’est pas un musée et nous avons présenté les oeuvres de telle façon à ce que les gens aient envie de les mettre chez eux. Nous sélectionnons les oeuvres qui peuvent entrer dans une voiture, avec des prix ne dépassant pas les 3 500 euros. Cela peut être un cadeau collectif pour un départ en retraite, un mariage. Le plus petit prix commence à 35 euros », souligne Roseline. Pour cette première collection, les oeuvres vont être exposées environ six mois. Ensuite, d’autres viendront remplacer les oeuvres non vendues. « Mais si nous pensons qu’il faut plus de temps pour faire découvrir un artiste qui nous touche, beaucoup nous laisseront les oeuvres plus longtemps », expliquent les galeristes qui aiment partager leur passion avec ceux qui entrent dans leur espace.
La galerie est ouverte tous les jours durant les vacances scolaires et tous les week-ends de l’année.