Refonder l’école de la République : est-ce possible ?

Le 17 septembre 2012, le rectorat d’Amiens organisait un forum-débat au centre régional de documentation pédagogique (CRDP) d’Amiens, dans le cadre de la concertation nationale et de l’initiative gouvernementale, Refondons l’école de la République. A cette occasion, enseignants, parents d’élèves, associations syndicats ou encore élus étaient invités à participer au débat.

357
De nombreuses propositions picardes pour refonder l’école de la République.
De nombreuses propositions picardes pour refonder l’école de la République.

 

De nombreuses propositions picardes pour refonder l’école de la République.
De nombreuses propositions picardes pour refonder l’école de la République.

Le président de la République, François Hollande, a fait de la refondation de l’école de la République une de ses priorités. Cela s’est traduit par une communication lançant la concertation Refondons l’école de la République dès le 4 juillet. Un comité de concertation a ainsi été mis en place, composé d’un comité de pilotage qui aura la responsabilité d’élaborer et de proposer au gouvernement un rapport rassemblant les choix éducatifs à proposer au pays pour les années à venir. La concertation comprend notamment quatre groupes de travail qui traitent de thématiques diverses. Afin d’enrichir la réflexion, des initiatives régionales, organisées sous forme de débats et en association avec des partenaires, ont été lancées pour le mois de septembre. A l’issue de ces débats et du rapport rendu par le comité de pilotage au niveau national, le gouvernement soumettra au Parlement, à la fin du mois de novembre, une loi sur les nouveaux objectifs et orientations pour l’école.

L’école en Picardie
C’est dans le cadre des initiatives régionales de cette concertation qu’était organisé le forum-débat du 17 septembre. Près de 360 personnes, partenaires du rectorat d’Amiens (enseignants, associations, élus, institutions, syndicats, parents d’élèves) ont assisté et participé à l’événement. Trois groupes de travail se sont concentrés sur les questions de la prévention du décrochage scolaire dans le second degré (collège, lycée, LP), sur une école plus juste pour tous les territoires, et sur l’articulation entre le second degré et l’enseignement supérieur. Ces thématiques furent choisies, comme le précise Bernard Beignier, chancelier des universités et recteur de l’académie d’Amiens, « en adéquation avec les spécificités et les problématiques de notre académie ». Il est vrai que concernant le décrochage scolaire, l’académie d’Amiens bat des records. En 2010, en France 9,7 % des jeunes n’ont pas atteint la fin du second cycle. En Picardie, cela représente 14 %, soit 3 431 jeunes. De même, concernant la territorialité de l’école, le maillage actuel du territoire semble obsolète avec de nettes disparités pour les chances de réussite selon les endroits. Plusieurs hypothèses ont été émises lors de ce débat : former l’enseignant pour éviter le décrochage scolaire de l’élève, redessiner une carte régionale de l’éducation par des regroupements d’écoles, faciliter et inciter le passage entre le second degré et l’enseignement supérieur en concentrant les efforts sur la préparation en amont du lycéen, etc.

Des propositions tangibles
Une rédaction de synthèse, récapitulant toutes les propositions concrètes émises lors de ce débat, a été transmise au ministère le 25 septembre 2012. « Ce forumdébat fut une réussite, a conclu Bernard Beignier. L’ambiance était au travail, à la productivité, à l’optimisme et au dynamisme. Il est important, à l’issue de ce débat, que l’académie d’Amiens ait dégagé plusieurs propositions tangibles et concrètes pour faire appui dans les textes de loi. »