Les entreprises aussi ont droit à leurs touristes

Il n’y a pas que des monuments historiques à découvrir dans le Saint-Quentinois. Depuis 2005, l’office de tourisme fait aussi découvrir le paysage entrepreneurial local. Artisans, industries ou professions libérales ouvrent leurs portes à des groupes de visiteurs venant découvrir les différents savoir-faire du secteur.

Des industries, comme Décapage emballage métallique à Chauny, voient défiler des groupes dans leurs locaux.
Des industries, comme Décapage emballage métallique à Chauny, voient défiler des groupes dans leurs locaux.

 

Des industries, comme Décapage emballage métallique à Chauny, voient défiler des groupes dans leurs locaux.
Des industries, comme Décapage emballage métallique à Chauny, voient défiler des groupes dans leurs locaux.

Ce n’est pas si anecdotique que cela. Au contraire même ! Certes, les chiffres ne sont pas comparables avec le tourisme classique et la visite de monuments du Saint-Quentinois, mais le tourisme d’entreprise fait désormais partie du paysage avec quelque 5 000 visiteurs chaque année. Ces derniers en profitent pour découvrir ou redécouvrir le paysage entrepreneurial et industriel local. « Nous avons des habitués qui reviennent tous les ans », assure Annette Poulet en charge de ce tourisme pas si particulier, fonctionnant d’avril à décembre.
La preuve. En 2011, 85 entreprises ont laissé entrer des visiteurs dans leurs ateliers, bureaux ou sites de production. Des professions libérales, des industries, des agriculteurs ou encore des artisans ont profité de l’aubaine. Au total, 152 visites ont eu lieu sur des sites disséminés entre le Chaunois et l’est de la Somme. Si le public est constitué en majorité de lycéens, collégiens ou de groupes, quelque 1 652 visiteurs individuels se sont rendus dans les entreprises locales pour voir leur fonctionnement. Et « même s’il y a moins d’entreprises industrielles, il y a beaucoup d’autres entreprises de service et beaucoup d’artisans » qui offrent une large palette de découvertes, selon Annette Poulet. Des lignes de production de l’usine MBK dans la zone industrielle de Rouvroy-Morcourt à l’atelier plus cossu de Sophie Danjou (voir par ailleurs) à Urvillers, les visiteurs ont de quoi apprécier les talents toujours présents dans la région.

Les entreprises y trouvent leur intérêt Pas question de parler de crise, même si elle a durement touché et touche encore le milieu industriel. « Il y a vraiment des savoir-faire très pointus », souligne-t-elle. L’office de tourisme, à l’origine de cette initiative avec l’aide de la CCI de l’Aisne qui va recevoir du public pour la première fois le 3 octobre prochain, n’a cessé d’élargir son horizon depuis le lancement de ces visites en 2005. A l’époque, 28 sites industriels ou entreprises avaient donné leur accord et seuls 615 visiteurs individuels s’y étaient intéressés. Ce n’était pas la première tentative car l’office de tourisme avait organisé des visites d’entreprises dès 1988. Elles étaient alors réservées à des groupes. « En 2005, nous avons décidé de systématiser pour les individuels en proposant un programme annuel », explique-t-elle. Les entreprises locales ont bien compris qu’elles pouvaient y trouver un intérêt, à la fois pour montrer leurs compétences et les lieux de travail, mais aussi pour communiquer autrement, en étant plus proches du public. « Les professionnels ont l’habitude de communiquer avec leurs clients ou les élus. Ils n’ont pas toujours le temps de communiquer auprès du grand public », affirme Annette Poulet. Cette fois, les choses sont différentes puisque ce sont les entrepreneurs eux-mêmes qui montrent le chemin. Aucun guide conférencier n’est présent sur les lieux. Aux entrepreneurs de faire la meilleure visite possible pour se donner la meilleure image de marque possible.