Le Cnam au service de la promotion professionnelle

Avec son réseau d’enseignement réparti sur tout le territoire, le conservatoire national des arts et métiers (Cnam) est le plus important centre de formation pour adultes en Picardie, pour l’apprentissage dans l’enseignement supérieur. En évolution constante, le Cnam propose cette année de nouvelles formations.

Le Cnam est installé en Picardie depuis 1989.
Le Cnam est installé en Picardie depuis 1989.

 

Pascal Leleu, directeur du Cnam Picardie, a mis en place de nouvelles filières de formation.
Pascal Leleu, directeur du Cnam Picardie, a mis en place de nouvelles filières de formation.

Pour Pascal Leleu, directeur régional du Cnam Picardie, une mise au point s’impose lorsqu’il s’agit d’évoquer la mise en place de nouvelles filières de formation : « Nous ne souhaitons en aucun cas concurrencer l’offre de formation existante, mais proposer des formations qui n’existent pas par ailleurs, en prenant en compte les besoins des territoires sur lesquels nous sommes implantés, les évolutions technologiques et en nous appuyant sur des partenariats. C’est le cas, en particulier, lorsque l’on met en place une licence professionnelle au sein même d’un établissement qui propose un BTS (brevet de technicien supérieur). Ainsi, nous permettons une possibilité d’évolution dans l’acquisition de compétences à un groupe d’étudiants. »
Le Cnam, qui existe depuis 1794, a délivré son premier diplôme d’ingénieur en 1924. Il s’est installé en Picardie en 1989 et, en dehors des formations hors temps de travail (plus communément appelées cours du soir) qui ont fait sa réputation, propose également des formations en alternance au sein de neuf lieux d’enseignement : Amiens, Beauvais, Compiègne, Creil, Laon, Nogent-sur-Oise, Saint-Quentin, Senlis et Tergnier. Prenant le virage des nouvelles technologies de communication, le Cnam a mis en place depuis déjà plusieurs années des modules de formation à distance, avec une offre de plus en plus étendue.
Avec des formations entièrement modularisées et des unités d’enseignement valables à vie, le Cnam est idéalement placé pour traiter les dossiers de demandes de VAE (validation des acquis de l’expérience), avec pas moins de 600 possibilités de diplômes différents, car le jury de validation est national. Le principe étant d’évaluer les compétences acquises par l’expérience professionnelle et de les compléter par unités d’enseignement, pour obtenir un diplôme et ainsi progresser au sein de son entreprise.

Le Cnam est installé en Picardie depuis 1989.
Le Cnam est installé en Picardie depuis 1989.

Diplômes intermédiaires
En dehors des diplômes d’ingénieur, le Cnam a également conçu des diplômes intermédiaires de l’enseignement supérieur et se charge de la diffusion de la culture scientifique et technique auprès du grand public. Actuellement, le Cnam Picardie accueille 700 étudiants en cours du soir et 800 en alternance. Parmi les nouvelles filières de formation proposées : un master en marketing, une licence professionnelle en gestion de la paie et du social, à Saint- Quentin et Amiens, et une formation de niveau bac +4 de gestionnaire d’immeubles, qui prend en compte l’évolution et les aspects plus complexes juridiquement de la profession. Mais il propose aussi des formations d’ingénieur en prévention des risques en milieu industriel à Amiens, en systèmes électriques et notamment ceux liés aux énergies renouvelables à Beauvais, ainsi qu’une licence professionnelle en informatique à Beauvais.
Une autre nouveauté concerne la mise en place d’unités d’enseignement pour la reprise d’études car tout le monde n’est pas prêt à le faire. Il s’agit d’initiation à l’informatique pour être à même de suivre les modules de formation à distance, mais aussi d’expression écrite et orale ou de travail sur le projet professionnel.
Grâce à un partenariat avec le conseil régional de Picardie, qui participe au financement des formations, une heure de cours public ne coûte qu’un euro aux participants.
Pascal Leleu regrette que « les entreprises ne connaissent pas assez l’offre de formation du Cnam », et signale que « le DIF (ndlr : droit individuel à la formation) correspond bien à l’offre que nous proposons ».