Lapeyre : une politique d’intégration sur mesure pour les travailleurs handicapés

Le travail des personnes relevant d’un handicap est soumis à des quotas dans les entreprises de plus de 20 salariés. Patrice Nugues, directeur du magasin Lapeyre Amiens, est un bon élève mais il mène surtout une véritable politique dans la gestion de son équipe.

801
Au magasin d’Amiens, c’est avant tout l’esprit d’équipe qui est favorisé.
Au magasin d’Amiens, c’est avant tout l’esprit d’équipe qui est favorisé.

 

Au magasin d’Amiens, c’est avant tout l’esprit d’équipe qui est favorisé.
Au magasin d’Amiens, c’est avant tout l’esprit d’équipe qui est favorisé.

L’enseigne Lapeyre emploie rien qu’à Amiens une petite trentaine de salariés, 27 exactement à ce jour. Patrice Nugues, le directeur du magasin, a toujours favorisé, dans sa politique d’embauche, le rapport humain et la cohésion d’équipe. Elle est nécessaire à ses yeux pour le bon fonctionnement du magasin. C’est un avis que partage Thierry Leguay, responsable des ventes. C’est lui qui a été chargé de recevoir les candidats lorsqu’il a fallu compléter l’équipe il y a presque un an. Il a choisi d’embaucher Céline Boyeldieu.

« Vingtaine de candidats »
Cette-dernièe souffre d’une maladie grave et elle est reconnue travailleur handicapée. C’est à ce titre qu’elle a postulé sur le poste. En effet, comme toute entreprise de plus de 20 salariés, Lapeyre Amiens doit compter dans son effectif 6 % de travailleurs handicapés. La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a notamment étendu le champ de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH) et alourdi les sanctions en cas de non-respect. Depuis le 1er janvier 2010, les entreprises ne remplissant pas ce quota encourent une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 fois le taux horaire du Smic par salarié manquant. « Le respect des quotas a en effet orienté notre choix mais nous cherchions avant tout quelqu’un qui s’intègre bien à l’équipe et qui ait les compétences pour le poste », explique Patrice Nugues. « La loi nous aide à penser aux travailleurs handicapés car spontanément je ne suis pas certain qu’on irait vers eux, complète Thierry Leguay. Pourtant, ils ont autant de compétences et sont surtout super motivés. Céline Boyeldieu n’est pas la première personne relevant d’un handicap que nous accueillons. Elle a toutes les compétences pour le poste, elle avait déjà une expérience dans l’accueil et au téléphone. D’ailleurs, nous avons reçu en entretien une vingtaine de candidats avant de la trouver. Nous ne l’avons pas embauchée pour prendre une salariée handicapée à tout prix. »

Réelle motivation
Parfois, il est nécessaire d’adapter le poste. D’autres fois ce sont juste les horaires. La maladie de la jeune femme n’est pas visible. Elle a juste autant de pauses que nécessite son traitement. Ce n’est pas la première fois que l’équipe accueille un travailleur handicapé. Stagiaires ou en CDD, plusieurs sont déjà venus travailler dans le magasin ou dans l’entrepôt. Personnes sourdes ou souffrant de handicaps physiques lourds, tous montraient une réelle motivation. A chaque fois tout a été mis en oeuvre pour adapter le poste de travail à leurs besoins et à chaque fois ce fut une réussite.